La France dépasse les limites (planétaires)

Le 24 octobre 2019 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Les émissions françaises contribuent au dépassement de la limite planétaire liée au réchauffement
Les émissions françaises contribuent au dépassement de la limite planétaire liée au réchauffement
VLDT

La France a franchi six limites planétaires sur neuf, selon l’état de l’environnent publié ce 24 octobre par le ministère de la transition écologique.

Publié tous les quatre ans, ce rapport est le premier du genre à s’intéresser au franchissement des limites planétaires au niveau national. Et le résultat n’est guère rassurant. Les limites sont déjà franchies en matière de réchauffement avec une baisse de seulement 18% des émissions de gaz à effet de serre françaises entre 1990 et 2017. Insuffisant pour limiter le réchauffement à 2 degrés Celsius d’ici à la fin du siècle. Même chose pour l’érosion de la biodiversité, avec un taux d’extinction d’espèces 10 fois supérieur à l’objectif fixé. Autres voyants dans le rouge : la perturbation du cycle de l’azote et du phosphore, avec des dépassements des seuils à l’échelle locale, et les changements  d’utilisation des sols, la France contribuant largement à la déforestation mondiale via ses importations. Même constat sur l’acidification des océans, avec des effets marqués sur la faune en particulier en outre-mer, et sur l’utilisation de l’eau, avec des prélèvements excessifs en été, en particulier pour l’irrigation et le refroidissement des centrales nucléaires.

La situation est en revanche plus favorable par rapport aux trois autres limites planétaires que sont l’appauvrissement de l’ozone stratosphérique, la hausse des aérosols dans l’atmosphère, et les entités nouvelles dans la biosphère.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus