La France défend toujours la thonaille devant la Commission

Le 28 juin 2007 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Parallèlement au dossier très médiatisé des nitrates en Bretagne, la Commission européenne a décidé d'ouvrir une procédure d'infraction contre la France pour ne pas avoir interdit la pêche à la thonaille. Une décision dont le ministère en charge de la pêche, Michel Barnier «prend acte avec regret».

«Consciente de la nécessité de protéger la ressource halieutique pour assurer une pêche durable, la France considère que la thonaille est un engin traditionnel dont les caractéristiques et la pratique permettent un prélèvement maitrisé de la ressource. Son interdiction aurait des conséquences sérieuses sur l'activité des navires qui l'utilisent», estime dans un communiqué le ministère français chargé de la pêche.

Le gouvernement français et la Commission européenne s'opposent sur l'interprétation du règlement du 8 juin 1998 (1). Pour le premier, il ne s'applique pas à la thonaille, pour le second, si. Cette dernière position est partagée par le Conseil d'Etat qui, dans une décision du 1er août 2005, a annulé l'arrêté du 1er août 2003 autorisant la thonaille en Méditerranée.

Selon France Nature environnement (FNE), à l'origine de la procédure devant le Conseil d'Etat, 500 dauphins meurent chaque année au large des côtes françaises à cause de cette technique



(1) Règlement (CE) n°1239/98 du Conseil du 8 juin 1998 modifiant le règlement (CE) n°894/97 prévoyant certaines mesures techniques de conservation des ressources de pêche




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus