La France crée son 5e parc naturel marin

Le 18 décembre 2012 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La France va-t-elle atteindre son objectif de 8 PNM en 2015?
La France va-t-elle atteindre son objectif de 8 PNM en 2015?

Après la mer d’Iroise, Mayotte, le golfe de Lion, et les Glorieuses, c’est sur la façade maritime de la Manche et de la mer du Nord que la France vient de créer son 5e parc naturel marin (PNM).

Le PNM des estuaires picards et de la mer d’Opale, officiellement créé par un décret publié le 13 décembre au Journal officiel, se situe précisément au large de la Seine-Maritime, de la Somme et du Pas-de-Calais. Il s’étale sur 2.300 kilomètres carrés et couvre 118 km de côtes.

Au point de rencontre de deux mers, il forme un écosystème particulièrement riche en raison des 7 estuaires et des hauts fonds qui s’étirent en bancs de sable mobiles. Plus de 200 espèces animales et végétales y vivent, dont 16 espèces de mammifères (marsouins, dauphins, phoques veaux marins, phoques gris), 69 d’oiseaux (mouettes tridactyles, gravelots), 90 de poissons et 37 de végétaux. Certaines de ces espèces sont menacées, comme les cabillauds, les requins pèlerins, les anguilles, les laminaires ou les fucus.

La présence d’un fleuve marin côtier, dérivant le long de la côte vers le nord, assure d’importants transferts sédimentaires et garantit une bonne qualité des eaux.

Le parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d’Opale est administré par un conseil de gestion composé de 60 membres, dont 6 représentants de l’Etat, 13 des collectivités et de leurs groupements, 22 des organisations de professionnels, 7 d’usagers, 6 pour les associations de protection de l’environnement, 1 pour les parcs naturels régionaux, 1 pour les aires marines protégées contigües, et 4 personnalités qualifiées.

Dans un communiqué, la fédération France Nature Environnement déplore toutefois que le nombre de places accordées aux associations de protection de la nature (6 sur 60) reste bien maigre par rapport aux 22 sièges attribués aux professionnels.

Un plan de gestion du parc, élaboré par ce conseil au plus tard dans trois ans, doit assurer la bonne réalisation des missions, et notamment une meilleure connaissance du milieu marin, la protection des écosystèmes ainsi que le développement durable des pêches et des activités économiques (tourisme, sport, etc.).

Tout dépendra du budget qui lui sera alloué. FNE met en garde: un parc marin a besoin de ressources pour fonctionner. Or les moyens de l’Agence des aires marines protégées sont loin de suivre l’augmentation des surfaces, comme c’est le cas pour les parcs nationaux de France (voir JDLE).

Deux ans de concertation et une enquête publique, entre août et décembre 2011, ont été nécessaires à cette création, qui s’inscrit dans le cadre de la stratégie nationale de création d’aires marines protégées. Celles-ci représentaient, en octobre 2012, 23,2% des eaux territoriales françaises. La France s’est engagée à créer 8 parcs marins en métropole d’ici 2015. Le prochain PNM pourrait être celui des Perthuis charentais et girondins.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus