La France au 7e rang mondial pour l’environnement

Le 31 mai 2010 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

L’Islande, suivie de la Suisse et du Costa Rica, arrivent en tête de l’édition 2010 de l’indice de performance environnementale des universités de Yale et Columbia. L’Europe est en avance sur le reste du monde, notamment les Etats-Unis, qui pointent à la 61e place.

 

Avec un score de 78,2 sur 100, la France se classe en 7e position de l’édition 2010 de l’indice de performance environnementale (EPI en anglais), en progression par rapport au classement de 2008 où elle était 10e. L’Hexagone est également en 5e position au sein de l’UE et de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

 

Cette troisième édition de l’EPI, depuis sa création en 2006 par des experts en environnement des universités américaines de Yale et Columbia, a permis de classer 163 pays à partir de 25 critères couvrant les politiques de santé environnementale et d’environnement. A partir des informations collectées auprès des gouvernements et des organismes internationaux, il mesure la distance entre la situation dans chaque pays et le respect d’objectifs communs.

 

En 2010, c’est l’Islande qui arrive en tête avec un score de 93,5 suivie par la Suisse - le lauréat de 2008 - le Costa Rica et la Suède. Les « meilleurs élèves », auraient réalisé « des investissements substantiels dans des infrastructures liées à l’environnement, le contrôle de la pollution, et élaboré des politiques en faveur d’un développement durable sur le long terme », explique l’université de Yale dans son communiqué. Globalement, l’Europe [UE + Suisse et Norvège] est en avance sur les autres régions du monde avec un score moyen de 71,5.

 

Les Etats-Unis (61e) arrivent loin derrière d’autres pays industrialisés comme le Royaume-Uni (14e), l’Allemagne (17e) ou le Japon (20e). En dépit de bons scores pour l’approvisionnement en eau potable et la gestion des forêts, la première puissance économique pâtit d’une faible performance sur les autres sujets, notamment en termes d’émissions de gaz à effet de serre (GES) et de pollution de l’air. « Ce classement fondé sur les données antérieures à 2009 ne reflète pas les politiques récentes de l’administration Obama », souligne le communiqué de l’université de Yale relayé lors du Forum économique mondial de Davos fin janvier.

 

Globalement, le respect de l’environnement est plus élevé dans les pays les plus riches même si des disparités existent au sein de chaque groupe. En bas du classement figurent ainsi 5 pays très pauvres (Togo, Angola, Mauritanie, République Centrafricaine et Sierra Leone) n’ayant ni les équipements de base ni les capacités politiques nécessaires. « A chaque niveau de développement, certains pays parviennent néanmoins à des résultats au-delà des attentes, souligne l’université de Yale. [ …] La rigueur réglementaire, une bonne gouvernance et l’absence de corruption sont également corrélés avec des scores élevés ». Parmi les pays émergents, la Chine et l’Inde arrivent respectivement 121e et 123e, mais le Brésil et la Russie s’en sortent mieux, au 62e et 69e rang.

 

En matière de santé environnementale, la France arrive en 2e position, après l’Italie et ex-æquo avec le Luxembourg, la Norvège et la Finlande. Sont pris en compte les pathologies liées à l’environnement, la pollution de l’air et l’accès à l’eau et à l’assainissement. Le Canada, le Chili, Israël, la Nouvelle-Zélande, le Japon, Corée du Sud, la Malaisie ou encore les pays du Golfe obtiennent également des bons scores. A contrario, la plupart des pays d’Afrique sont dans le rouge.

 

Intitulé « vitalité des écosystèmes », le 2e volet de l’EPI, intègre les critères liés au changement climatique, dont les émissions de GES, la gestion des ressources (forêt, pêche, agriculture, eaux), la pollution de l’air et à la protection de la biodiversité. A l’échelle de la planète, le Costa Rica est en tête, suivi de l’Islande et de la Suisse. L’Afrique s’en sort également bien avec une majorité de pays ayant un score supérieur à 60. En revanche, les pays du Golfe sont très mauvais élèves mais aussi la Chine, l’Australie et les Etats-Unis.

 

Concernant le changement climatique, sans surprise, les bons points sont attribués à l’Afrique tandis que les pays riches, dont l’UE et les Etats-Unis, mais aussi la plupart des pays émergents ont globalement de moins bons scores, à l’exception de l’Inde (68,3) dont le score se révèle supérieur à celui de la France (56,4).

 

Les auteurs soulignent enfin que le manque de données, notamment dans certaines régions et pour certains polluants de l’air, comme les particules fines (PM 2,5), limite la portée de ce classement.

 

Dans le JDLE « La biodiversité remarquable en France : un diagnostic alarmant »

Dans le JDLE « 10 points-clés sur l’environnement en France »

 

 

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus