La fonte rapide des glaces du Groenland devrait accélérer la montée des eaux

Le 17 mars 2014 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le record de retraite du glacier Jakobshavn (ci-contre) est largement battu.
Le record de retraite du glacier Jakobshavn (ci-contre) est largement battu.
DR

Après avoir résisté longtemps aux assauts du réchauffement, la dernière bordure stable de la calotte glaciaire du Groenland recule à son tour, augmentant la contribution de cette région à la hausse du niveau de la mer.

Selon une étude publiée en ligne par la revue Nature Climate Change et dirigée par Shfaqat Khan (université technique du Danemark), un important réchauffement de la température depuis 2003 a accéléré la fonte des glaces provenant d'une «rivière de glace», longue de 600 kilomètres et située au nord-est du Groenland. Le nord-est de la calotte glaciaire aurait ainsi perdu environ 10 milliards de tonnes de glace par an, entre avril 2003 et avril 2012, estiment les scientifiques qui se basent sur des mesures réalisées par des satellites.

En une décennie, le front de la rivière de glace Zaccharie a reculé de 20 km. Un retrait d’une exceptionnelle rapidité. Jusqu’à présent, l’un des glaciers groenlandais les plus rapides, le Jakobshavn, avait reculé de 35 km en… 135 ans.

La fonte des glaciers du Groenland a été l'un des contributeurs les plus importants à la hausse du niveau de la mer observée ces 20 dernières années, représentant 0,5 millimètre par an sur une hausse moyenne globale de 3,2 mm/an, rappellent-ils.

Une partie importante de cette contribution est associée à l'accélération du recul de glaciers dans le sud-est et le nord-ouest de la région.

Cette région était «considérée comme la dernière partie stable de la calotte du Groenland, confirme dans un communiqué l'un des auteurs, Michael Bevis (université de l'Ohio). Il semble donc que maintenant tous les bords de la calotte glaciaire sont instables».

Or, soulignent les chercheurs, la contribution nouvelle de cette région n'est pas prise en compte dans les projections à long terme sur la hausse du niveau de la mer, qui pourraient donc sous-estimer le niveau de cette hausse.

Le premier tome du 5e rapport du Giec[1] revoit à la hausse les projections de montée des océans, en évoquant une hausse probable de 26 à 82 centimètres d'ici la fin du siècle. Des projections qu’il va sans doute falloir réestimer.



[1] Giec: Groupe international d’experts sur l’évolution du climat

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus