La flexibilité n’arrange pas la qualité de l’air

Le 07 octobre 2014 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Négociations en cours autour du nouveau paquet européen sur la qualité de l'air
Négociations en cours autour du nouveau paquet européen sur la qualité de l'air

Annoncé en décembre dernier par la Commission européenne, le nouveau paquet sur la qualité de l’air pourrait comprendre un mécanisme de flexibilité dangereux pour la santé des Européens.

 

L’alerte a été donnée le 6 octobre par plusieurs associations environnementales européennes, dont le Bureau européen pour l’environnement (BEE), Transport & Environment, Client Earth ou the European respiratory society. Selon elles, ce mécanisme de flexibilité permettrait aux Etats de dépasser les seuils de certains polluants s’ils obtiennent par ailleurs de bons résultats sur d’autres polluants. Ainsi un Etat membre qui parvient à réduire ses émissions de particules fines PM2,5 de plus d’une tonne par an par rapport à la limite autorisée pourrait émettre 15 t de plus de NOx.

 

Ce qui rendrait complètement inopérante l’application de la directive sur les plafonds d’émission nationales (directive NEC). «C’est une invitation ouverte aux abus», résume Anne Fellerman, chargée de campagne sur la qualité de l’air au BEE.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus