La filière VHU en légère perte de vitesse

Le 05 décembre 2013 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les véhicules hors d'usage ne rejoignent pas tous la filière dédiée à la dépollution et au retraitement
Les véhicules hors d'usage ne rejoignent pas tous la filière dédiée à la dépollution et au retraitement

Huit ans après sa création, la filière des véhicules hors d’usage ou VHU (1) accuse une certaine baisse de régime par rapport aux deux années précédentes, selon le bilan 2012 publié ce 5 décembre par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe).

 

Fin de l’effet «prime à la casse»

L’an passé, donc, la filière a pris en charge 1,2 millions de VHU (pour un poids d’environ 1,2 millions de tonnes) contre 1,4 M en 2011: -20% en un an. Ce gisement s’avère par ailleurs inférieur au potentiel théorique évalué par l’Ademe, qui s’élève à 2,1 M de VHU par an.

 

Le niveau actuel excède toutefois les résultats de 2008 (1,1 M de VHU pris en charge) alors que les prises en charge ont été très fortes entre 2009 et 2011 en raison de la prime à la casse (+ d’1,5 M de véhicules par an).

 

Il faut relever que les mises sur le marché de véhicules neufs déclinent également. 2,2 M d’unités ont été vendues dans l’Hexagone l’an dernier, contre 2,6 M l’année précédente. Soit une régression d’environ 14%.

 

Les voitures particulières ont été les plus nombreuses à rejoindre, en 2012, les centres agréés (42% des véhicules). Moins nombreux, les véhicules utilitaires sont plus souvent exportés sur le marché de l’occasion.

 

Sur les 1,2 M de VHU traités par les 1.600 centres agréés, 1,1 M sont passés par les dents des broyeurs français, le reste ayant été exporté dans d’autres pays de l’Union européenne, essentiellement l’Espagne et la Belgique.

 

 

80% de réutilisation-recyclage

En 2011, environ 80% des VHU ont été réutilisés ou recyclés (en masse), selon les statistiques transmises à Bruxelles. Un résultat proche du premier objectif fixé par la directive du 18 septembre 2000: 85% en 2015.

 

La réglementation européenne vise un deuxième objectif: 95% de réutilisation-valorisation (prise en compte de la valorisation énergétique contrairement à l’objectif précédent). En la matière, la France n’atteint qu’un taux proche de 85% en 2011.

 

Pour améliorer ces résultats, l’Ademe préconise de mieux valoriser la fraction non métallique des matériaux issus des VHU, et en particulier les plastiques, les caoutchoucs et le verre.

 

(1)Il s’agit des voitures particulières, des voitures utilitaires inférieures à 3,5 tonnes et des cyclomoteurs.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus