La filière des VHU se met en place

Le 24 mai 2006 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
vhu
vhu

Dès aujourd’hui, les détendeurs de véhicules hors d’usage (VHU) doivent les remettre à des exploitations agréées. Mais les pouvoirs publics sont en retard, et le nombre d’agréments préfectoraux signés est insuffisant. La filière ne devrait fonctionner normalement qu’à partir du second semestre.

150. C'est le nombre d'agréments des exploitations se chargeant des VHU qu'ont signés les préfectures, selon le ministère chargé de l'environnement. Un chiffre plutôt bas puisqu'à compter du 24 mai, toute installation prenant en charge les VHU doit disposer d'un agrément préfectoral. «Les signatures d'agrément devraient s'accélérer dans les prochains jours, indique Hervé Vanlaer, sous-directeur des produits et des déchets au ministère. 140 à 150 dossiers sont dans le circuit de signature. J'ai bon espoir que nous atteignions les 300 agréments à la fin du mois de juin.»

Or, le ministère évalue à 300 le nombre d'exploitations agréées nécessaires pour que le système de récupération des VHU fonctionne correctement sur le territoire français. Les acteurs du dossier, broyeurs comme démolisseurs, souhaitent que ce nombre soit maximal, pour éviter qu'un circuit alternatif -qui ne respecte pas la réglementation actuelle et qui respecterait encore moins celle qui est en train de se mettre en place- ne perdure (1).

Car la directive 2000/53/CE sur les VHU impose aux exploitations des normes précises en matière de dépollution. Cela nécessite des investissements conséquents, notamment dans le cas de la récupération des fluides utilisés par la climatisation et qui participent au changement climatique. Par ailleurs, la France a des objectifs  à respecter par l'intermédiaire des broyeurs et des démolisseurs: le taux de valorisation est porté à un minimum de 85% en masse moyenne par véhicule et par an, dont 80% de réutilisation et de recyclage. Si les acteurs de la filière estime cet objectif réaliste, ils s'inquiètent davantage du second objectif qui demande de porter à 95% le taux de valorisation moyen, dont 85% de réutilisation et de recyclage pour 2015.



(1) Voir l'article du JDLE «VHU: un espoir pour professionnaliser la filière».




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus