La feuille de route de notre décarbonation

Le 17 décembre 2014 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les budgets carbone régionaux.
Les budgets carbone régionaux.
NCC

A Lima, diplomates et experts ont fini par publier le squelette de l’accord universel sur le climat. Regroupant une centaine d’articles, chacun composé de plusieurs «options», ce texte de 37 pages constitue l’ossature de l’accord qui, en principe, doit succéder au protocole de Kyoto. A charge pour les diplomates des 195 pays parties à la convention de l’ONU sur les changements climatiques d’en rayer les mentions inutiles. Ce qui sera à l’ordre du jour de plusieurs sommets intermédiaires de l’année prochaine et du sommet Climat de Paris, en décembre 2015.

le calendrier et l’ampleur des efforts

Dirigée par Massimo Tavoni (Fondation Enrico Mattei), une équipe de chercheurs a voulu compléter ce travail. En précisant notamment le calendrier et l’ampleur des efforts que devront accomplir les grandes régions du monde pour stabiliser le réchauffement à 2°C.

Dans un article publié le 15 décembre dans Nature Climate Change, les climatologues ont estimé l’année à partir de laquelle les émissions devront décliner, le montant du budget carbone total de chaque région et la répartition sectorielles de l’atténuation.

Les auteurs ont réalisé ces projections selon trois scénarios: limitation à 450 parties par million équivalent de la concentration de gaz à effet de serre dans l’atmosphères (66% de chance d’atteindre l’objectifs des 2°C), limitation à 500 ppm éq de la concentration de GES (50% de chance d’atteindre l’objectifs des 2°C), absence de politique climatique.

120 GtCO2 éq pour l'Europe

Dans les deux premiers cas, l’Europe, l’Amérique du Nord, les membres de l’OCDE situés en Asie-Pacifique et l’Amérique latine devraient commencer immédiatement à réduire leurs émissions de GES. La quantité de gaz à effet de serre qui peut être émise est des plus faibles. Dans le premier cas, les budgets carbone de l’Europe et de l’Amérique du Nord se limiteraient à 120 GtCO2 éq pour chacune des deux régions, contre 330 GtCO2 éq pour la Chine, 140 GtCO2 éq pour l’Inde et 100 GtCO2 éq pour le Moyen-Orient. La centaine de Gt restant devant être partagée entre les pays en transition, l’Afrique, l’Amérique latine et l’Asie-Pacifique.

Au rythme actuel d’émission, ces chiffres sont encore plus inquiétants. L’Europe dépenserait son quota en 32 ans: 9 ans de mieux que les Etats-Unis. La Chine dispose d’une trentaine d’années. L’Inde s’en tire à meilleur compte. La plus grande démocratie du monde dispose d’un délai de 70 ans avant de manquer de carbone. De quoi voir venir…

Reboisement et décarbonisation

Compte tenu de la structure des économies et du bouquet énergétique de chaque région, sur quels secteurs devront, en priorité, porter les efforts de décarbonation? Européens et Nord-Américains, Australiens ou Sud-Coréens devront essentiellement décarboner leur production d’énergie et réduire leur demande. Les Latino-Américains devront en priorité reboiser, avant de décarboner leur mix énergétique et de maîtriser leur consommation. Sans surprise, la Chine et l’Inde devront massivement diminuer la dépendance au charbon de leur secteur électrique national avant d’améliorer leur efficacité énergétique.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus