La FDSEA se déchaîne contre le parc naturel régional du Morvan

Le 20 septembre 2013 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le dialogue environnemental, version nivernaise.
Le dialogue environnemental, version nivernaise.
©GensduMorvan

Le dialogue environnemental à coups de lisier et de pneus brûlés. C’est la méthode utilisée par la Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles de la Nièvre pour bien faire entendre son opposition à un projet, non obligatoire, de protection des cours d’eau. Message reçu 5/5 par le parc naturel régional du Morvan, qui relance des négociations moins contraignantes. Un faits divers qui en dit long sur les relations de plus en plus tendues entre le monde agricole et les instances en charge de la protection de la nature.

Epandage de fumier. Déversement de lisier. Creusement de tranchées dans des prairies humides. Feux de pneus et de paille. La scène s’est déroulée le 18 septembre dernier dans le domaine de la Maison du parc naturel régional du Morvan, à Saint-Brisson (Nièvre). C’est là que près de 70 engins agricoles et leurs quelque 150 conducteurs, encartés à la FDSEA du département, chez les Jeunes Agriculteurs ou sans étiquette, ont convergé pour quelques heures d’un face-à-face tendu avec les responsables du PNR. Le tout sous le regard placide des gendarmes, qui ont laissé les alentours soignés de la Maison du parc se transformer en terrain vague boueux, pendant que des agents du parc se faisaient prendre à partie par des agriculteurs. La scène a été filmée.

 

Protéger volontairement les cours d’eau

La cause de cette ire? Une déclaration d'intérêt général (DIG) prise par la préfecture à l’issue d’une enquête publique, visant à protéger les berges de cours d'eau par l'implantation de clôtures interdisant l'accès des troupeaux en dehors d'abreuvoirs et de passages aménagés. Une mesure en rien systématique, qui ne concerne que des agriculteurs volontaires, qui seraient financièrement aidés. Mais les manifestants craignaient que cette disposition ne devienne un jour obligatoire pour tous. D’où cette démonstration de force.

 

Morceaux choisis

L’ensauvagement et la famine, c’est ce que prédit un agriculteur au président du parc si les mesures de protection des cours d’eau étaient maintenues. «Si vous continuez à vous occuper des crapauds à bande jaune, des écrevisses à pattes blanches, des oiseaux qui nidifient et de tous les autres, dans 50 ans, vous aurez une sacrée friche et je pense que votre ventre va diminuer et que vous allez avoir faim.» Jean-Pierre Condamine, le président de la FDSEA de la Nièvre, lui, chauffe ses troupes en faisant valoir que ces mesures transforment leur bétail en «bestioles pestiférés». «Vous n’aurez plus le droit d’aller boire dans les ruisseaux? C’est quoi ce délire? (…) On parle de grandes cultures. Dès l’instant que vous parlez de produire, vous polluez, vous êtes bon à mettre au rencart.» La harangue prend un tour plus politique, à propos des «escrologistes». «2,19% des agriculteurs pour Eva Joly. 16 députés et 3 [sic] ministres. Faudra quand même qu’on m’explique. Et si avec ça, ils ne font pas monter des choses qu’on n’a pas forcément envie[1]… rendez-vous aux municipales au mois de mars, vous allez voir le chantier.» Fermez le ban.

 

Concessions et respect

Entouré de gendarmes, Patrice Joly, le président du PNR, tente de mettre un terme à l’algarade. «Il n’y aura pas de déclaration d’intérêt général», concède-t-il. Une réunion de travail tripartite avec les préfets des départements de la Nièvre, de la Côte-d'Or et de la Saône-et-Loire devrait, en accord avec la FDSEA, se tenir prochainement. Le mot de la fin revient à Jean-Pierre Condamine, au moment de quitter les alentours de la maison du parc: «Ce sont les ruraux du Morvan qui voudraient que le bon sens reprenne le dessus et que tout le monde s’écoute et se respecte surtout». Une certaine vision du dialogue et du respect…

 



[1] Une affiche de Marine Le Pen a été apposée à l'entrée de la Maison du Parc. Elle a été retirée dès sa découverte par les organisateurs de la manifestation, qui ont désavoué cette intrusion politique dans leur mouvement, rapporte le site Gens du Morvan.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus