La FDA s’y prend mal avec le poisson

Le 25 mai 2011 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La Food and Drug Administration (FDA, selon l’acronyme anglais) exerce un contrôle sanitaire trop «limité» sur les produits de la mer importés, qui constituent 80% de la consommation américaine, selon un rapport très critique du Government Accountability Office (GAO, selon l’acronyme anglais) [1].
 
Parmi ces produits importés [2], la moitié proviennent de fermes aquacoles. Or «les poissons élevés dans des zones confinées d’aquaculture peuvent contracter des infections bactériennes, ce qui nécessite l’utilisation d’antibiotiques. Les résidus de certains d’entre eux peuvent entraîner un cancer ou une antibiorésistance», rappelle d’emblée le GAO.
 
Face à ces risques, «la FDA se limite généralement à vérifier la méthode HACCP -système international de gestion de la sécurité sanitaire des aliments- en menant chaque année des inspections chez les producteurs étrangers et les importateurs». Une approche très insuffisante selon le GAO: les agents de la FDA ne se contentent souvent que d’éplucher les registres, se livrant rarement à une réelle visite des fermes. Au cours des 6 dernières années, seules 1,5% des fermes aquacoles chinoises exportant aux Etats-Unis ont reçu une visite de l’agence!
 
Au-delà des inspections, les produits sont rarement analysés. En 2009, seuls 0,1% de l’ensemble des produits importés ont fait l’objet d’un dosage des résidus d’antibiotiques. Et «ces analyses ne portent généralement pas sur les molécules approuvées pour l’aquaculture dans l’Union européenne et dans d’autres pays. Ainsi des produits contenant des résidus d’antibiotiques interdits aux Etats-Unis peuvent pénétrer sur son marché», déplore le GAO.
 
Autant de négligences que ne se permet pas l’Union européenne, qui scrute à la loupe les pratiques étrangères (lois, programmes d’inspection), tout en visitant les fermes «pour s’assurer que les produits importés sont bien équivalents à ceux produits en Europe».
 
Face au constat peu brillant du GAO, Michael Taylor, en charge de l’alimentation à la FDA, s’est montré confiant dans le Food Safety Modernization Act (FSMA, selon l’acronyme anglais), une grande réforme de la sécurité des aliments lancée cette année. L’agence disposera d’«un nouveau système pour surveiller tous les aliments importés, de manière à protéger au mieux les consommateurs américains», assure-t-il dans une déclaration à l’agence de presse économique Dow Jones. Pour la congressiste démocrate Rosa DeLauro (Connecticut), il s’agit d’abord d’augmenter le budget consacré à la sécurité alimentaire, une bataille qui s’annonce difficile en période de taille budgétaire généralisée.
 
 
[1] Equivalent aux Etats-Unis de notre Cour des comptes, le GAO est un organe du Congrès américain en charge de l’évaluation des politiques publiques et du contrôle des comptes.
[2] Les premiers pays exportateurs vers les Etats-Unis sont la Chine (23%), la Thaïlande (16%), le Canada (13%), l’Indonésie (6%), le Vietnam (5%) et l’Equateur (5%).


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus