La FDA s’intéresse aux colorants caramel

Le 29 janvier 2014 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les colorants caramel suspectés d'être cancérigènes
Les colorants caramel suspectés d'être cancérigènes

La Food and Drug Administration (FDA) a annoncé mener une réévaluation de la sécurité des colorants caramel, en réponse à l’association américaine Consumer Reports, qui a relevé dans plusieurs sodas des niveaux élevés de 4-MEI, substance suspectée d’être cancérigène.

En février 2011, une autre association de consommateurs, le Center for Science in the Public Interest (CSPI) avait écrit à la FDA pour lui demander d’interdire deux colorants caramel, l’E150c («caramel III», ou caramel ammoniacal) et l’E150d («caramel IV», au sulfite d’ammonium). Deux substances donnant leur couleur brune au Coca-Cola, au Pepsi-Cola, à des bières et à des sauces soja (voir le JDSA).

Ces colorants ont le tort de contenir du 4-méthylimidazole (4-MEI), substance dont des études chez l’animal ont suggéré un effet cancérigène. Raison pour laquelle l’Etat de Californie a décidé, en janvier 2011, de fixer un maximum de 29 microgrammes de 4-MEI par personne et par jour. Au-delà de ce seuil, auquel la substance provoquerait un cas additionnel de cancer pour 100.000 habitants, tout produit vendu dans l’Etat devrait porter un avertissement.

En 2012, le CSPI est repassé à l’attaque, montrant qu’en Californie comme dans le reste des Etats-Unis, les fabricants de sodas continuaient à dépasser allègrement le seuil de 29 µg par canette. Certains d’entre eux, dont Coca-Cola et PepsiCo, s’étaient alors engagés à trouver des alternatives.

Le pari ne semble qu’à moitié tenu, si l’on en croit les résultats d’analyses menées sur des sodas achetés en Californie et dans le reste des Etats-Unis, publiés jeudi 23 janvier par l’association Consumer Reports. En particulier ceux des produits de l’entreprise PepsiCo, qui s’en est tenue au strict minimum.

En Californie, le taux de 4-MEI semble bien avoir réduit, mais continue à dépasser le seuil de 29 µg/canette dans les produits PepsiOne et Diet Pepsi –ce qui n’est pas signalé sur l’emballage, ainsi que la loi l’obligerait. Dans les autres Etats, où il n’existe aucun engagement d’étiquetage, le taux de 4-MEI continue à frôler les 200 µg/canette.

A l’inverse, Coca-Cola affiche désormais de très faibles taux de 4-MEI, inférieurs à 5 µg/canette sur l’ensemble de ses produits, aussi bien pour ceux vendus en Californie que dans le reste des Etats-Unis.

Face à ces nouveaux résultats, la FDA a annoncé à la presse américaine, jeudi 23, qu’elle était en cours de réévaluation des données sur le 4-MEI. Tout en affirmant ne pas penser que la population américaine était exposée à des niveaux dangereux pour la santé.

La question des colorants caramel fait aussi débat en Europe. Après un premier rapport inquiétant, en 2011, l’autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) a rendu un avis plus rassurant fin 2012, selon lequel le risque de dépassement de la dose journalière admissible (DJA) serait désormais quasi nul (voir le JDSA).

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus