La directive ENR dans l’œil des protecteurs des forêts

Le 07 mars 2019 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
8 millions de tonnes de bois ont été coupées illégalement en Roumanie.
8 millions de tonnes de bois ont été coupées illégalement en Roumanie.
VLDT

Six activistes veulent l’abrogation de la directive sur les énergies renouvelables. La justice communautaire est saisie.

 

Ils sont six! Cinq européens et un Américain. Ces six citoyens ont de sérieuses raisons de craindre que la valorisation énergétique accrue de la biomasse, promue par la dernière version de la directive sur les énergies renouvelables, ne porte un rude coup aux forêts.

Le texte, élément clé du paquet Energie Climat 2030, fixe à 32% la part de l’énergie renouvelable qui sera consommée par les Européens en 2030.

déforestation

Or la biomasse produit déjà les deux tiers des énergies renouvelables consommées par les pays membres de l’Union européenne. Renforcer les objectifs d’énergies vertes, c’est accroître la pression sur les massifs forestiers, craignent les promoteurs du ‘Biomass Legal Case’. «En Roumanie, témoigne Raul Cazan, créateur de l’association 2Celsius et co-plaignant, les statistiques nationales montrent que 8 millions de tonnes de bois ont été coupées illégalement pour satisfaire nos besoins en énergie, ces dernières années».

Pour attirer l’attention du plus grand nombre sur ce sujet, les six activistes ont déposé plainte, le 4 mars, devant le tribunal de l’Union européenne. Ils devaient être reçus, ce 7 mars, par le commissaire européen à l’action climatique, Miguel Arias Cañete.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus