La demande d’énergie a baissé en 2009 et reprendra dès 2010, selon l’AIE

Le 12 novembre 2009 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La demande d’énergie pourrait chuter de 2% en 2009 du fait de la crise, note l’Agence internationale de l’énergie (AIE) dans ses Perspectives énergétiques mondiales 2009 (WEO-2009) rendues publiques mardi 10 novembre.

Fléchissant légèrement pendant la période 2007-2010, la demande d’énergie devrait toutefois croître à nouveau de 2,5% par an sur la période 2010-2015, avant de faiblir à nouveau quand les économies émergentes seront parvenues à maturité et que la croissance de la population mondiale aura ralenti.

Entre 2007 et 2030, les combustibles fossiles resteront les sources d’énergie primaire prédominantes, et représenteront plus des trois quarts de la hausse totale de la consommation durant cette période. C’est l’usage du charbon qui connaîtra la plus forte croissance, suivi du gaz et du pétrole. Cette dernière source d’énergie restera le principal combustible utilisé dans le mix énergétique primaire en 2030: la demande devrait être de 105 millions de barils par jour en 2030, contre 85 actuellement. Les pays non membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) seront à l’origine de la totalité de cette hausse, explique l’AIE, dans le domaine des transports presqu’exclusivement (97%).

D’ici 2030, l’augmentation de la capacité électrique installée pourrait représenter 4.800 gigawatts (GW), soit près de 5 fois le parc existant aux Etats-Unis. Elle sera principalement assurée par le gaz et le charbon. Cette énergie devrait assurer 44% de la production électrique en 2030. 28% de cette hausse aura lieu en Chine.

L’utilisation des énergies renouvelables (hors hydraulique) affiche l’essor le plus rapide dans le scénario de l’AIE. Hors hydraulique, les ENR devraient assurer 8,6% de la production d’électricité en 2030, contre 2,5% en 2007.

Cette tendance haussière laisse présager une hausse rapide des émissions de CO2 en 2030, à 40,2 gigatonnes à cette date, contre 20,9 en 1990 et 28,8 en 2007. «Persister dans la tendance énergétique actuelle (…) [aura] des conséquences alarmantes pour le climat et la sécurité énergétique.»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus