La dégradation des sols, menace rampante

Le 16 septembre 2019 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
90% de terres dégradées en 2050
90% de terres dégradées en 2050
DR

Un milliard de Terriens vivent sur des terres rurales dégradées, révèle un rapport publié vendredi 13 septembre en clôture de la 14ème conférence des parties (CoP14) à la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD), qui s’est tenue à New Delhi. Les participants ont rappelé leur attachement à l’objectif de zéro dégradation des terres d’ici à 2030.

La dégradation des sols n’est pas seulement un problème climatique et de biodiversité, comme l’ont pointé de récents rapports du Giec (août) et de l’IPBES (mai)[i], c’en est aussi un de sécurité alimentaire et de lutte contre la pauvreté, comme l’a rappelé la CoP14 de la CNULCD, qui s’est tenue du lundi 2 au vendredi 13 septembre.

Selon un rapport publié vendredi 13 septembre en clôture de ce sommet, 3 milliards de Terriens vivent déjà sur des sols dégradés, dont un milliard en zone rurale, là où les effets sont les plus sévères. Parmi eux, 536 millions d’Asiatiques, 343 millions d’Africains, 93,7 millions de Latino-Américains, 43 millions d’Européens et 17,4 millions de Nord-Américains.

Jusqu’à 700 millions de déplacés d’ici 2050

La situation est encore pire pour les terres situées en zone sèche, où 444 millions de personnes survivent sur des terres dégradées, menacées de désertification. En juin 2018, le Centre commun de recherche (CRC) de l’Union européenne estimait, dans son Atlas mondial de la désertification, que 75% des terres mondiales étaient déjà dégradées et que 90% pourraient l’être en 2050 à ce rythme-là, au risque d’engendrer 700 millions de déplacés en 30 ans.

Si les Etats membres ont rappelé leur engagement à atteindre l’objectif 15.3 du développement durable (zéro dégradation des sols en 2030), notamment via une Déclaration de New Delhi, l’engagement le plus net est venu de l’Inde, représenté par son premier ministre Narendra Modi: d’ici 2030, le pays prévoit de restaurer 26 millions d’hectares de terres dégradées, revoyant à la hausse son objectif initial de 21 millions d’hectares.



[i] Giec: Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat; IPBES: Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus