- 

La découpe d’ailerons de requin interdite par l’Europe

Le 21 novembre 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

La Commission européenne a proposé lundi 21 novembre d'interdire la découpe de nageoires de requin à bord des navires de pêche et le rejet à la mer des animaux encore vivants.

Selon l'association écologiste Pew Environment Group, la surpêche est responsable de la disparition de 73 millions de requins chaque année. Pew estime qu'une trentaine d'espèces sont directement menacées d'extinction, essentiellement en raison de la forte demande d'ailerons mijotés en soupe, en Chine, et dans d'autres pays asiatiques.

A la différence des autres poissons, les squales sont fragilisés par leur cycle biologique car ils n'atteignent leur maturité sexuelle qu'après une dizaine d'années et n'ont que peu de petits à la fois.

«En comblant le vide juridique dans notre législation, nous souhaitons éradiquer la pratique effroyable de l'enlèvement des nageoires de requin et assurer une protection nettement meilleure des requins», a déclaré Maria Damanaki, commissaire chargée de la pêche.

La nouvelle législation prévoit que les navires pêchant dans les eaux de l'UE et les navires de l'UE pêchant dans le monde auront l'obligation de débarquer les requins avec les nageoires intactes. Les pêcheurs avaient jusqu'à présent la possibilité de débarquer les carcasses et les nageoires dans des ports différents, ce qui rendait les fraudes aisées.

«Les contrôles seront désormais facilités, et il deviendra plus difficile de dissimuler l'enlèvement des nageoires», a spécifié la commissaire européenne.

La Commission souligne que l'interdiction vise les flottes espagnoles et portugaises, qui pêchent dans tous les océans. Les pêcheurs français, allemands et britanniques sont également concernés. Ils bénéficient d'exemptions pour la capture de requins, à condition de tout garder à bord à des fins de transformation. Mais la mesure ne s'applique pas la pêche artisanale.

«La proposition de la Commission est une étape positive pour la protection des requins, notamment dans l'Atlantique», a réagi la fédération d'ONG Shark Alliance. Selon elle, l'UE, en particulier l'Espagne, est l'un des principaux fournisseurs d'ailerons à l'Asie.

En Asie, les campagnes lancées par des ONG commencent à faire évoluer les traditions. Les hôtels de luxe Peninsula ont annoncé lundi le retrait de la soupe aux ailerons de ses restaurants.

Par ailleurs, la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique (Cicta) s’est réunie à Istanbul du 11 au 19 novembre dernier pour discuter des moyens à engager pour protéger le thon rouge. Les prises étant beaucoup plus élevées que ce que les pêcheurs déclarent, la mise en place d’un système électronique de surveillance des prises a été décidée.

La Commission internationale a également décidé que les pêcheurs utilisant des filets trainants devront mettre en place deux ou trois méthodes sur leur bateau pour éviter les captures accidentelles d’oiseaux de mer et notamment de l’albatros.

Autre décision prise lors de cette conférence, les Etats membres de la Commission se sont engagés à restreindre l’usage des dispositifs de concentration de poissons (DCP) qui attirent les thons mais également les requins. Ces méthodes aboutissent souvent à la pêche de juvéniles ou bien d’espèces qui ne sont pas consommées.

Enfin, la délicate question des pêches illégales de thon rouge dans les eaux libyennes n’a pas été abordée. La Cicta a décidé de repousser les négociations à l’année prochaine.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus