La cyclosporose resurgit aux Etats-Unis

Le 30 juillet 2014 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Cyclosporose: "Souviens-toi... l'été dernier"
Cyclosporose: "Souviens-toi... l'été dernier"
DR

La cyclosporose fait à nouveau parler d’elle, avec 202 cas rapportés à ce jour dans 19 Etats américains. Après la grande épidémie survenue l’été 2013, ce nouvel épisode confirme l’ancrage sur le sol américain de cette maladie, jusqu’alors restreinte aux pays exotiques.

Infection alimentaire plutôt bénigne, la cyclosporose était surtout connue des touristes allant en Amérique latine, en Inde et en Asie du Sud-est: aux Etats-Unis, seuls 1.110 cas d’infection par le parasite Cyclospora cayetanensis ont été recensés entre 1997 et 2008. Mais le vent semble avoir tourné l’an dernier.

Entre juin et août 2013, les Etats-Unis ont en effet connu une forte épidémie de cyclosporose, avec 631 cas recensés dans 25 Etats, selon le dernier bilan dressé en décembre par les centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC). A l’origine de cette série inattendue, du persil et des salades mexicains, qui ont en réalité engendré deux épidémies séparées (voir le JDSA). Si aucun décès n’a été observé, 8% des personnes touchées ont dû être hospitalisées.

Un an plus tard, le même scénario semble se produire. Selon un bilan établi mardi 29 juillet, 202 cas ont été observés dans 19 Etats américains, a rapporté le Centre de recherche et de politique des maladies infectieuses (Cidrap), basé à l’université du Minnesota. Le Texas est de nouveau l’Etat le plus touché, avec 110 cas. Parmi eux, au moins 67 ne s’étaient pas rendus à l’étranger avant de tomber malades, ajoute le Cidrap.

En l’absence de cause identifiée, et sans que l’on sache si ces cas sont liés, le terme épidémie n’est pas encore évoqué. Selon le département de la santé du Texas, il semble probable que ces cas soient liés à des légumes verts importés, comme cela a été le cas en 2013.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus