La culture du soja menace la biodiversité au Brésil

Le 24 mai 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le Cerrado, région de savane très riche en biodiversité est menacée par les cultures de soja
Le Cerrado, région de savane très riche en biodiversité est menacée par les cultures de soja

L'extension sans fin de la culture du soja en Amérique du Sud menace le Cerrado brésilien, grande savane boisée de 2 millions de kilomètres carrés. Un fait que dénonce Cassio Franco, coordinateur au Brésil pour le WWF (Fonds mondial pour la nature).

«Au Brésil, la forêt continue d'être grignotée par le soja et nous faisons face à un autre problème, celui du Cerrado. Cette immense savane, qui héberge 5% de la biodiversité mondiale, est directement menacée par l'avancée des champs», a averti l’écologiste au cours de l'assemblée annuelle de la table ronde pour le soja responsable (RTRS), qui a lieu à Londres les 23 et 24 mai.

Au Brésil, les superficies de production de soja sont passées de 1,7 à 21,7 millions d’hectares en à peine 40 ans. Ce développement exponentiel a notamment provoqué une déforestation massive dans tout le pays.

Le Cerrado, qui représente un cinquième de la surface du pays, compte plus de 5.000 espèces endémiques et près de la moitié de sa superficie a d'ores et déjà disparu au profit des cultures intensives, ajoute Cassio Franco.

«Cette conversion implique de lourds dégâts environnementaux», précise-t-il et notamment la contamination des ressources aquifères par les pesticides.

La Chine est le principal importateur de soja dans le monde: 60% des échanges lui sont destinés. Et l'Europe arrive juste derrière. Cette dernière importe principalement son soja du Brésil (pour près de 60% d'après les chiffres du département américain de l'agriculture).

A noter que pour satisfaire les besoins en aliments carnés d'un Français, l'équivalent de la superficie d'un terrain de basket de culture de soja est nécessaire.

Enfin, dans un rapport du WWF France paru en février et intitulé «Viandes: un arrière-goût de déforestation», l’ONG souligne que la lutte contre la déforestation engendrée par la production de papier, de bois et d'huile de palme est active, mais les démarches mises en place concernant la problématique du soja dans l'alimentation animale se font toujours attendre.
 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus