La croissance ne suffit pas à réduire la faim dans le monde

Le 12 octobre 2012 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le nombre de personnes sous-alimentées progresse en Afrique subsaharienne
Le nombre de personnes sous-alimentées progresse en Afrique subsaharienne

Pour réduire la malnutrition, la croissance économique est nécessaire, mais non suffisante. Cette conclusion, tirée par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), résulte de son rapport 2012 sur l’état de l’insécurité alimentaire dans le monde, publié le 9 octobre. Il fait état de 868 millions de personnes sous-alimentées.

D’un côté, la faim régresse dans le monde. Selon le dernier rapport Sofi de la FAO, le nombre de personnes sous-alimentées a ainsi diminué de 132 millions au cours des 10 dernières années, entre 1990-92 et 2010-12.

Cette baisse a même surpris les experts de la FAO, qui avaient prévu une réduction plus faible. A noter toutefois que la courbe de la faim s’est surtout infléchie jusqu’en 2007. Ensuite, elle s’est stabilisée.

De l’autre côté, la sous-alimentation concerne encore un nombre considérable d’êtres humains. On estime à 870 millions les personnes sous-alimentées. C’est 12,5% de la population mondiale, ou encore 1 personne sur 8. Mais l’objectif du millénaire pour le développement (OMD) est à portée de main: réduire leur nombre par 2 entre 1990 et 2015 pour atteindre 11,6%  de la population mondiale. C’est possible, selon la FAO, si les mesures appropriées sont prises rapidement.

Les personnes sous-alimentées sont inégalement réparties sur la planète. 98% d’entre elles habitent un pays en développement, avec de fortes disparités selon les régions. L’Asie de l’Est et du Sud-Est ont fortement réduit leur retard au cours des 20 dernières années, tout comme l’Amérique latine. En revanche, l’Afrique et l’Asie de l’Ouest restent fortement touchées. Entre 1990-92 et 2010-12, la part de l’Afrique subsaharienne dans le nombre de personnes sous-alimentées des pays en développement a même progressé de 10% (passant de 17 à 27%).

La FAO précise que ces données sont perfectibles. Celles-ci ne prennent pas précisément en compte les effets des brusques variations des prix alimentaires, ni du ralentissement économique. Un manque qui pourrait être comblé dans le rapport Sofi 2013. Toujours est-il que l’Organisation estime que la grande récession de 2008-2009 n’a provoqué qu’un léger ralentissement de la faim dans le monde, avec des hausses de prix très faibles pour les aliments de base en Chine, en Inde et en Indonésie.

La croissance économique a certes un impact positif sur la réduction de la sous-alimentation. En général, lorsque le revenu augmente, le régime alimentaire se diversifie automatiquement, en particulier en Asie et en Afrique du Nord.

Mais ce n’est pas systématique. Ainsi, la FAO a constaté une croissance globale des revenus par habitant au cours des 10 dernières années dans toutes les régions en développement, sans pour autant constater une baisse de la faim généralisée.

Il faut aussi souligner que les pays développés ne sont pas exempts de malnutrition. 16 millions de personnes sont aujourd’hui touchées, soit 3 millions de plus qu’il y a 6 ans.

L’Organisation en a déduit que si la croissance économique était nécessaire pour enrayer la sous-alimentation, elle n’était pas suffisante. Elle a identifié deux mesures complémentaires indispensables: la croissance agricole et la politique publique en faveur de la protection sociale.

L’agriculture assure en effet des moyens de subsistance, au moins en partie, à de nombreuses personnes et permet d’impliquer de petits exploitants, notamment des femmes. Les systèmes de protection sociale permettent quant à eux de veiller à ce que les plus vulnérables ne soient pas laissés au bord du chemin.

Et si la croissance économique stimule l’amélioration de la nutrition, l’inverse est vrai. Un régime alimentaire nutritif contribue, lui aussi, à la croissance économique.

http://www.fao.org/news/story/fr/item/161824/icode/

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus