La crise a un impact sur le développement de l’éolien

Le 09 décembre 2009 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Outre les nombreuses critiques en Europe et qui «semblent s’intensifier dans l’espace français», selon un rapport du Centre d’analyse stratégique (CAS) du 3 décembre consacré à l’éolien, le secteur pourrait aussi souffrir des conséquences de la crise économique dès 2011.

Dépendants à 80% de l’octroi de prêts, 10 à 15% des projets de parcs pourraient être affectés, d’après une étude de mars 2009 du cabinet New energy finance relayée par le CAS. L’entreprise danoise Vestas a par exemple décidé de supprimer 1.900 postes en avril dernier, soit 9% de son effectif mondial, «au moment de l’annonce d’un bond de 70% de son résultat net au premier trimestre 2009», rappelle le CAS, pour s’implanter en Chine ou aux Etats-Unis.

L’éolien offshore devrait pâtir encore plus, car nécessitant plus de capitaux, et donc de crédits accordés par les banques.

Dans ces conditions, la France pourra-t-elle atteindre son objectif de 19 gigawatts (GW) de capacité éolienne terrestre en 2020, ainsi que ses 6 GW offshore, quand le parc actuel ne se compose que de 3,4 GW (correspondant à une production 5,6 térawattheures, soit 1% de la production nationale)?

Elle y aurait intérêt, l’éolien émettant très peu de CO2 sur l’ensemble du cycle de vie d’une installation, explique le CAS: 0,008 tonne de CO2 par mégawattheure, contre 0,05 tCO2/MWh pour le nucléaire et 0,87 tCO2/MWh pour une centrale à charbon d’efficacité thermique de 40%.

Le rapport fait aussi le bilan du développement de l’éolien dans plusieurs pays: Allemagne, Chine, Danemark et Etats-Unis, qui ont réussi à relever le défi de l’éolien auquel la France est soumise.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus