La CRE publie le second appel d’offres photovoltaïque

Le 15 septembre 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La Commission de régulation de l’énergie a mis en ligne, aujourd’hui 15 septembre, le cahier des charges de l’appel d’offres portant sur la réalisation et l’exploitation de centrales photovoltaïques et thermodynamiques de plus de 250 kilowatts crête de puissance unitaire.
 
L’objectif, rappelle le régulateur des marchés français de l’énergie, est de mettre en service d’ici 2014 une puissance cumulée maximale de 450 mégawatts crête. Le gouvernement visant les 900 MWc de capacité à l’horizon de 2015.
 
Chaque installation devra être instrumentée (mesure de l’éclairement global, des conditions météo, de la production, température des modules, etc.).
 
Dans la plupart des cas, exige le document, l’installation devra être réalisée par des entreprises dont les systèmes de management de la qualité et de l’environnement sont certifiés (ISO 9001 et 14001) ou en voie de l’être.
 
Histoire de réduire, peut-être, le recours aux importations lointaines, les modules ou films photovoltaïques installés devront avoir été produits par des sites certifiés ISO 9001 et ISO 14001 par un organisme certificateur agréé en France ou en Europe.
 
Au global, indique le ministère de l’écologie dans un communiqué, «les candidats seront sélectionnés sur la base de 4 critères: prix, impact environnemental, innovation industrielle, délai de réalisation. Les exigences sur la remise en état du site, le recyclage et la qualité sont également renforcées. Les espaces à faible valeur concurrentielle, les friches industrielles par exemple, seront privilégiés afin de préserver la biodiversité et les usages agricoles et forestiers».
 
 Les candidats sont tenus de déposer leurs offres d’ici le 8 février 2012.
 
Pour Ariane Vennin, animatrice du réseau «Touche pas à mon panneau solaire», le choix de l’appel d’offres est contre-productif. «Le principe même de l'appel d'offres, et sa grande perversité à mon sens, c'est bien que c'est aux candidats de proposer le tarif d'achat auquel ils arrivent à financer leur projet. C'est ainsi non seulement une prime aux "gros" acteurs auxquels seront réservés les économies d'échelle, c'est aussi un système qui s'apparente un peu à une loterie assez aléatoire... avec des attributions censées être aux "mieux-disants" qui seront comme souvent les "moins-disants"!», écrit l’avocate sur son blog.
 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus