La CRE estime le coût de l’éolien offshore pour les consommateurs

Le 03 mai 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Une centaine d'éoliennes offshore seront construites sur le littoral français
Une centaine d'éoliennes offshore seront construites sur le littoral français

La Commission de régulation de l'énergie (CRE) estime à 1,1 milliard d'euros par an, à compter de 2020, le surcoût supporté par les consommateurs pour la production d'électricité à partir des parcs éoliens installés au large des côtes françaises. Des charges qui seront donc, en principe, supportées par les consommateurs, via la contribution au service public de l'électricité (ou CSPE).

La CSPE, prélevée sur les factures d'électricité, permet en effet de financer diverses missions de service public, comme le surcoût des énergies renouvelables qu'EDF est tenu de racheter à leurs producteurs.

Selon l'avis publié le 2 mai sur le site de l'autorité de régulation du marché de l'électricité, cette surcharge de 1,1 Md€ correspond à un surcoût annuel de 160 € par mégawattheure d'électricité produite, par rapport à un prix de marché de l'électricité estimé à 66,5 €/MWh en 2020.

La CSPE a déjà fortement grimpé ces dernières années en raison de l'essor des énergies renouvelables (éoliennes terrestres et solaire). Elle a représenté l'an dernier 42 € en moyenne par consommateur (toutes catégories confondues, particuliers comme entreprises), soit 8% d'une facture d'électricité annuelle type.

Selon des estimations de la CRE, elle devrait rapporter environ 3,7 Md€ cette année, nettement moins que les charges qu'elle est censée couvrir.

Les parcs éoliens offshore, attribués en avril par le gouvernement à EDF et Iberdrola, représenteront une puissance combinée de 1.928 mégawatts et devraient produire 6,8 térawattheures par an, a relevé la CRE.

EDF et Alstom sont sortis grands vainqueurs de l'appel d'offres du gouvernement pour l'installation de centaines d'éoliennes le long du littoral français, raflant trois des cinq sites en jeu, tandis qu'un seul a été attribué au tandem Iberdrola-Areva et que GDF Suez est ressorti bredouille (voir JDLE).

Le deuxième appel d'offres, qui doit être lancé dans la foulée du premier, a été repoussé au second semestre 2012.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus