La Cour des comptes fustige le désastre de Jussieu

Le 17 novembre 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La Cour des comptes déplore que l'Etat n'ait pas joué son rôle dans l'opération de désamiantage du campus de Jussieu, à Paris, devenu un cas d'école de ce qu'il ne faut pas faire du fait d'une dérive continue des délais et des coûts, a indiqué ce 17 novembre Didier Migaud.??
 
Le premier président de la Cour des comptes a dressé un constat sévère dans le troisième rapport consacré au désamiantage et à la réhabilitation du campus universitaire, lors d'une conférence de presse.??
 
Fait rare, la Cour va saisir la Cour de discipline budgétaire et financière. «C'est une opération mal pilotée, mal conduite et qui fait l'objet d'une dérive budgétaire extrêmement forte, a-t-il dit. Lancée en 1996 pour trois ans et 183 millions d'euros, cette opération ne sera pas achevée avant 2015 et son coût final est estimé à plus de 1,850 milliard d'euros», a rappelé l’ancien député socialiste.??
 
«C'est donc un cas d'école, l'illustration de ce qu'il ne faut pas faire», a ajouté Didier Migaud, estimant que l'Etat n'avait pas joué son rôle de pilote et d'arbitre alors qu'il s'agit des deniers publics.??
 
«Le fait de ne pas exercer cette autorité peut être coupable à partir du moment où cela provoque des retards et des dérives sur le plan budgétaire et financier, et c'est inacceptable», a-t-il ajouté.??
 
La Cour des comptes souligne également que la réhabilitation du campus de Jussieu a été lancée dans l'urgence, en négligeant les phases de préparation préalables.??
 
Elle relève en outre que l'opération a été marquée par une dilution des responsabilités entre les différents acteurs: les universités, l'Etat et l'établissement public du campus de Jussieu, maître d'ouvrage de l'opération.??
 
Deux précédents contrôles avaient été effectués, en 1999 et en 2004, relevant l'absence d'un pilotage, les premières dérives de délais et de coûts, et le risque que cette opération ne s'étale encore dans la durée et s'aggrave question coût, a rappelé Jean Picq, président de la troisième chambre.??
 
«Le chantier de Jussieu doit servir de leçon pour les nouvelles opérations d'envergure lancées dans le cadre du grand emprunt et du plan Campus (5,5 Md€ pour le plan Campus et 1 Md€ pour le plateau de Saclay), a dit Didier Migaud.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus