La cosmétique et la construction défendent Reach

Le 28 avril 2005 par Ludivine Hamy
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
construction
construction

Alors que l’industrie chimique s’oppose farouchement au projet de règlement relatif à l'enregistrement, l'évaluation et l'autorisation des substances chimiques (Reach), les secteurs de la cosmétique et de la construction se félicitent des avancées de la nouvelle réglementation en matière d’informations fournies aux utilisateurs de produits chimiques.

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, le projet Reach ne fait pas l'objet d'un rejet unanime de la part des industriels. L'association européenne des industriels de la cosmétique et de la parfumerie (European Cosmetic Toiletry and Perfumery Association – Colipa) soutient en effet que les produits chimiques utilisés dans la cosmétique ne doivent pas être exclus du projet Reach. Partant du constat que la protection de l'environnement et la sécurité au travail liées à l'utilisation de produits chimiques ne sont pas couvertes par la directive sur les cosmétiques, les industriels du secteur revendiquent l'utilité de Reach pour protéger à la fois les consommateurs et les professionnels. Selon Colipa, «Reach représente une opportunité unique de rassembler des connaissances et de partager des informations sur les multiples utilisations d'un même produit chimique. Cela est crucial pour renforcer la confiance des consommateurs dans les produits chimiques.»

Un sentiment partagé par les industriels de la construction, réunis à Bruxelles au sein de la Fédération de l'industrie européenne de la construction (Fiec). La consommation de produits chimiques est une préoccupation importante pour le secteur de la construction. En effet, les industriels du secteur estiment que 45.000 matériaux et produits différents sont utilisés couramment dans les activités de construction et de génie civil en Europe. Dans un récent communiqué, la Fiec «se réjouit de la réforme relative à la réglementation chimique européenne, étant donné que la législation actuelle ne fournit pas aux utilisateurs de produits chimiques des informations suffisantes relatives aux substances contenues dans les produits.» Toutefois, sans remettre en cause la philosophie et la finalité du projet, la fédération propose quelques modifications qui permettraient aux entreprises de construction d'obtenir des informations plus détaillées et plus satisfaisantes sur le contenu chimique des produits qu'elles utilisent. Les industriels de la construction demandent en outre que les «substances extrêmement préoccupantes» soient progressivement éliminées des produits ou des articles lorsque des solutions de rechange moins dangereuses sont disponibles. «Cette mesure nous semble indispensable en terme de responsabilité pour les PME, explique Marie Eiller, chargée de mission aux Affaires européennes à la Fédération nationale des travaux publics (FNTP). En effet, si les produits considérés comme très dangereux sont interdits du marché, les PME n'auront plus à gérer le risque lié à la mise sur le marché ou à l'utilisation de ces produits.» «Notre priorité est la circulation de l'information sur toute la chaîne d'approvisionnement», souligne Marie Eiller. Dans cette perspective, la Fiec estime qu'une information minimale, préalable à toute commande, doit être diffusée gratuitement aux utilisateurs afin de leur permettre d'identifier et donc d'anticiper les éventuelles mesures de gestion des risques à mettre en oeuvre. Les professionnels de la construction ont tous à l'esprit le coût lié au manque d'information sur la dangerosité de l'amiante…. Toutefois, afin de garantir la souplesse du dispositif Reach, la Fiec suggère que la transmission d'informations sur la présence de substances dangereuses n'ait pas un caractère automatique, mais intervienne sur demande des clients. Autant d'éléments que les industriels du secteur, soucieux d'éviter toute distorsion de concurrence, souhaitent voir appliqués avec la même rigueur aux produits importés et fabriqués hors de l'Union.

 




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus