La convention citoyenne pour le climat débute ses travaux le 4 octobre

Le 01 octobre 2019 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Six sessions de travail prévues au palais d'Iéna
Six sessions de travail prévues au palais d'Iéna
CESE

Le comité de gouvernance de la Convention citoyenne pour le climat (CCC) a détaillé, ce 1er octobre,  le programme de la première session de travail qui se déroulera ce week-end.

Pour les 150 citoyens tirés au sort, le travail débutera le 4 octobre à 14h au siège du Cese[1] à Paris. Pendant trois jours consécutifs, ils vont être formés, de façon accélérée, aux enjeux du changement climatique. Un programme qui va débuter par l’état des lieux de la crise présenté par la climatologue Valérie Masson-Delmotte. Ils pourront ensuite échanger avec des économistes, sociologues et climatologues. Le lendemain une synthèse des politiques climatiques actuelles leur sera proposée, et en particulier la Stratégie nationale bas carbone (SNBC), ainsi que la liste des blocages à l’œuvre et des raisons du dépassement du budget carbone français. Leur session de travail se terminera le 6 octobre avec des débats pratiques autour du logement, du travail, des transports, des modes de consommation et de production en vue de formaliser de premières propositions. Avec la lourde tâche de répondre à cette question cruciale : comment réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40% d’ici à 2030[2] dans un esprit de justice sociale ?

 

51% de femmes

Sélectionnés à partir d’une liste de 250.000 numéros de téléphone générés automatiquement par Harris Interactive, ces citoyens ont été choisis pour refléter toutes les catégories de la population française. «Il y aura notamment 51% de femmes, des agriculteurs, des jeunes et des personnes en situation de précarité», a affirmé Thierry Pech, co-président du comité de gouvernance du CCC. 40 suppléants complètent cette liste pour intervenir en cas de besoin.

 

12 experts pour veiller au grain

Installés le 2 juillet dernier par l’ancien ministre François de Rugy et le président du Cese Patrick Bernasconi, les 12 membres du comité de gouvernance échangeront avec les 150 Français tout au long du week-end. «Ils ont préparé le programme et les méthodes de travail», explique Laurence Tubiana, co-présidente du comité avec Thierry Pech. Parmi eux : le climatologue Jean Jouzel, le confondateur de l’Iddri[3] Michel Colombier, la présidente de la section Environnement du Cese Anne-Marie Ducroux, ou encore Loïc Blondiaux, professeur de science politique et spécialiste de la démocratie participative. Trois garants seront par ailleurs chargés de «vérifier la rigueur du travail et l’absence de tentative d’instrumentalisation». Il s’agit de Michèle Kadi, directrice générale des services du Sénat, Anne Frago, directrice du service culture et questions sociales de l’Assemblée nationale et Cyril Dion, réalisateur.

Enfin, quatre interventions de personnalités ponctueront le week-end : la ministre de la transition écologique Elisabeth Borne, le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger, le PDG d’Aéroports de Paris Augustin de Romanet et la responsable de la transition énergétique du Réseau Action Climat (RAC) Anne Bringault.

 

Propositions rendues fin janvier 2020

Les propositions de la CCC seront établies par un système de notation sous forme de points tout au long des 6 week-ends de travail. Elles seront officiellement présentées au Premier ministre et au Président Macron lors de la clôture des travaux, prévue le 26 janvier. «Après la réponse du gouvernement, les citoyens pourront se réunir une nouvelle fois pour évaluer la qualité des réponses», note Laurence Tubiana.

 

 



[1] Conseil économique, social et environnemental

[2] par rapport à 1990

[3] Institut du développement durable et des relations internationales



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus