La consultation sur les PPRL est lancée

Le 30 mai 2011 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La consultation pour l’élaboration de plans de prévention des risques littoraux (PPRL) a été lancée le 25 mai 2011 par le ministère en charge de l’écologie. Elle est ouverte jusqu’au 8 juin 2011.
 
Aujourd’hui, près d’une commune française sur deux est susceptible d’être affectée par des risques naturels majeurs (inondation, avalanche, séisme...). Alors que le littoral attire une population toujours plus nombreuse, des mesures doivent être prises pour réduire l’exposition des personnes et des biens aux risques liés aux submersions marines[1] ou à l’érosion côtière.
 
La tempête Xynthia de février 2010 et les inondations qui ont suivi ont montré qu’il était temps de réactualiser le cadre méthodologique de réalisation des PPRL.
 
Ces derniers ont pour objet de «délimiter les zones de risque fort dans lesquelles l’urbanisation doit être interdite, ainsi que les zones de risques moyens à faibles où les constructions sont soumises à des conditions de réalisation, d’utilisation ou d’exploitation», sur la base d’une analyse détaillée du risque d’inondation et/ou d’érosion auquel est soumis le territoire, rappelle le ministère dans son communiqué.
 
L’Etat propose de définir «les principes relatifs à la prise en compte du risque de submersion marine et de gestion des espaces situés derrière les ouvrages de protection contre les inondations et les submersions, en intégrant l’impact du changement climatique sur le niveau moyen des mers». Ces PPR littoraux prioritaires doivent être approuvés d’ici 2014.
 
L’Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique (Onerc) estime qu’à la fin du siècle, entre 2090 et 2099, l’élévation du niveau de la mer sera comprise entre 40 et 100 centimètres pour toutes les côtes françaises. Dès 40 cm, un risque de submersion permanente consécutif à la montée du niveau de la mer pèsera sur certains territoires. La submersion marine concerne en France une superficie de 590.000 hectares de terres sous le niveau d’un événement centennal. 165.000 bâtiments et 864 communes plus particulièrement vulnérables sont concernés par ce type d’inondation ainsi que 382.640 ha de sites écologiques d’intérêt (Natura 2000, etc.) pour la seule métropole.
 

Le plan national Submersions rapides a été validé le 17 février 2011 et le Sénat a adopté le 3 mai dernier une proposition de loi tendant à assurer une gestion effective du risque de submersion marine (dans le JDLE).



[1] inondation temporaire des zones côtières par la mer dans des conditions météorologiques et marégraphiques sévères provoquant des ondes de tempête


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus