La construction du tramway de Strasbourg stoppée

Le 02 novembre 2004 par Christine Sévillano
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
tram grand
tram grand

Le 19 octobre, le Tribunal administratif de Strasbourg a annulé l'arrêté préfectoral du 1er avril 2004 qui autorisait le démarrage de la construction du tramway. Conséquence directe: les travaux d'extensions sont brutalement stoppés.

La Communauté urbaine de Strasbourg (CUS) fera appel de la décision du tribunal administratif de Strasbourg demandant l'arrêt des travaux d'extension du tramway. Mais le coup est dur à assumer autant pour les collectivités locales que pour les entreprises engagées dans le projet. Selon Robert Grossmann, président de la CUS, l'appel retardera la livraison du chantier de 12 à 18 mois.

Le prolongement des lignes B, C, D et la naissance de la ligne E n'ont pas été du goût de tous. Des associations de riverains ont notamment contesté l'étude d'impact. Le tribunal a en effet estimé que l'analyse des conséquences du tramway sur la circulation automobile était trop succincte. Dans le projet, sont prévues la destruction et la reconstruction du viaduc Churchill. Cette nouvelle infrastructure va entraîner une redistribution routière et la construction d'intersections, sur lesquelles les conséquences pour la circulation et la vie des riverains n'ont pas été assez approfondies d'après la décision. Elle relève notamment que l'un de ces carrefours donnerait la priorité au tramway alors qu'il coupe la RN 4, une voie déjà encombrée par les embouteillages aux heures de pointe. Autres insuffisances constatées par le tribunal, celles de l'étude d'impact de la création de la voie Orbey-Canonniers et les conséquences formulées sur la circulation après la construction du boulevard nord.

"Le tribunal n'a pas remis en cause l'intérêt du projet ni le choix du tracé. Il a relevé des faiblesses dans notre étude, ce qui nous a surpris. Il nous semblait qu'elle était très complète. Ce travail a tout de même été réalisé en collaboration avec la Direction départementale de l'équipement (DDE)", explique Fabienne Keller, la sénateur-maire de Strasbourg. "Nous allons maintenant reprendre les points délicats du projet et renforcer le dossier afin d'en améliorer la compréhension pour le tribunal administratif", poursuit l'élue. Cette décision juridiciaire suit celle qui a suspendu de la destruction du pont Churchill en août dernier et qui avait déjà coûté 600.000 euros à la CUS.

Les frais dus à l'arrêt des travaux d'extension devraient s'alourdir dans les mois à venir même si les élus ne veulent pas se risquer à une estimation. "Heureusement, la plupart des entreprises sont d'accord pour prolonger les contrats. Il faut dire que le secteur de la construction vit une mauvaise passe actuellement", reconnaît Fabienne Keller. Le coût global du projet s'élève à 403 millions d'euros d'investissements, ce à quoi s'ajoutent 108 millions d'euros pour l'achat des rames.

Le projet n'étant pas abandonné par la CUS, les conflits avec les riverains devraient se poursuivre. Au sein de l'association "Ostwald protection et amélioration de l'environnement", on demande à être davantage écoutés par les autorités locales. Son président continue de marteler que l'extension du tramway, tel que le tracé a été décidé, apportera une augmentation des voitures dans l'agglomération et une destruction d'espaces verts. Mais Fabienne Keller se veut rassurante: "cette extension ne va pas entraîner une augmentation des voies routières. Nous voulons au contraire poursuivre notre politique de développement des transports collectifs et des pistes cyclables".




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus