La consommation de gaz pourrait baisser (ou pas)

Le 02 novembre 2016 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
En France, on consomme presque autant de gaz que d'électricité.
En France, on consomme presque autant de gaz que d'électricité.
DR

Tout dépendra du développement de nouveaux usages et du bouquet électrique.

Les gaziers dégainent les premiers. Quelques heures avant la publication de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), les gestionnaires des réseaux de transport (GRT) et de distribution de gaz (GRD) avaient fait part de leurs prévisions de consommation à moyen terme.

La loi sur la transition énergétique pour la croissance verte (LTECV) oblige GRT et GRD à établir tous les deux ans un bilan prévisionnel sur l’évolution de la demande de gaz en France.

Une demande qui s’établit à 385 TWh/an

Le 27 octobre, GRDF, GRT gaz, SPEGNN et TIGF ont donc mis en ligne leur bilan prévisionnel 2016-2035 de la demande de précieuses molécules. Selon leur scénario de référence, la consommation de gaz naturel pourrait s’établir à 385 térawattheures par an: 16% de moins qu’en 2015[1]. Pas trop mal si l’on se souvient que l’un des objectifs de la LTECV est de réduire d’un tiers la consommation d’énergies fossiles entre 2012 et 2030.

Cette perspective s’explique principalement par les gains attendus en matière d'efficacité énergétique et le déploiement d’équipements à haut rendement énergétique. Elle pourrait toutefois être contrebalancée par le développement de nouveaux usages du gaz, dans l’industrie ou la mobilité, ainsi que par le développement de la production gazière d’origine agricole (méthanisation).

Davantage de chauffage au gaz

Les gaziers espèrent aussi convertir de nouveaux clients au chauffage au gaz. En 2035, le nombre de logements chauffés au gaz pourrait ainsi progresser de 1,4 million et les surfaces tertiaires chauffées au gaz pourraient croître de plus de 100 millions de mètres carrés.

Le niveau de la demande de gaz dépendra aussi, soulignent les opérateurs, de l’évolution du mix énergétique pour la production d’électricité, en particulier de la part du nucléaire et de l’activité des centrales hydroélectriques.



[1] Le bilan prévisionnel présente plusieurs scénarios de consommation, compris entre 336 TWh et 516 TWh/an.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus