La consigne: un bilan mi-figue mi-raisin outre-Rhin

Le 23 avril 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
La consigne allemande capte 98,5% des emballages de boissons.
La consigne allemande capte 98,5% des emballages de boissons.

Introduite en Allemagne, dès 1929, par l’enseigne Coca-Cola, la consigne s’est généralisée dans le pays. Si elle a fait exploser le taux de recyclage des emballages, elle n’a pas réussi à endiguer l’expansion des emballages à usage unique.

En Allemagne, les emballages de boissons ne sont pas jetés à la maison. Après utilisation, les citoyens rapportent leurs bouteilles d’eau, de bière et leurs canettes de sodas chez les distributeurs, pour récupérer le montant de la consigne, qui oscille entre 8 et 15 centimes d’euro.

Ce système recouvre en réalité deux dispositifs distincts: «Mehrwegpfand», pour les contenants en verre et en plastique, qui peuvent être réutilisées jusqu’à 50 fois et «Einwegpfand», depuis 2003, pour les emballages de boissons à usage unique, essentiellement des canettes en aluminium et des bouteilles en plastique.

Le plein de collecte

Au niveau des tonnages, la consigne enregistre un franc succès. Elle capte 98,5% des emballages de boissons, pour un taux de recyclage de 99%. A côté, la France fait pâle figure, avec 68% seulement d’emballages ménagers recyclés en 2016, selon Citeo (ex Eco-Emballages) et 22% de recyclage des contenants en plastique selon PlasticsEurope.

Déclin de la réutilisation

Mais le bilan allemand s’avère beaucoup moins glorieux du côté de la production. Le gouvernement n’est pas parvenu à endiguer l’expansion des emballages à usage unique, qui représentent désormais 71% des boissons mises sur le marché, contre 40% en 2003.

Si la réutilisation a cédé du terrain au fil des ans, c’est à cause des coûts élevés et de la complexité du Mehrwegpfand. Certains distributeurs, comme Aldi ou Lidl, ne récupèrent même plus les bouteilles réutilisables car la loi ne les oblige qu’à collecter les emballages à usage unique.

Pour améliorer ces piètres performances, le gouvernement a décidé de réformer le dispositif, en obligeant les fabricants à indiquer clairement sur l’emballage, à partir du 1er janvier 2019, si l’emballage est réutilisable. Cette mesure risque de ne pas suffire à arrêter la course folle des bouteilles, briques et canettes à usage unique.



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus