La conférence de Kobé se termine sans vrai succès

Le 25 janvier 2005 par Christine Sévillano
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Les délégués de la conférence internationale sur la prévention des catastrophes naturelles sont repartis de Kobé (Japon) bredouilles. Un accord général a été trouvé mais il apporte seulement des déclarations générales de bonnes intentions et aucune mesure d'actions concrètes.

 La conférence mondiale sur la prévention des catastrophes naturelles de Kobé s'est terminée samedi avec quelques promesses de la communauté internationale mais peu de mesures concrètes. Certes les 4.500 experts de près de 160 pays se sont engagés à réduire les risques des catastrophes naturelles auxquelles sont exposées plusieurs millions de personnes. Mais le nouveau plan d'actions qu'ils ont adopté, "Hyogo framework for action" pour les dix ans à venir n'est pas très détaillé.

Et les délégués ont bien pris la mesure de cette faiblesse comme celle de la volonté politique des Etats qui restera le moteur du plan. Des observateurs évoquent les difficultés à harmoniser les points de vue mais restent optimistes. Ils pensent que quand les intervenants nationaux entreront dans les détails du plan, les points de vue convergeront. Ce cadre d'actions les invite à faire une priorité de leurs agendas politiques, à renforcer les capacités des pays exposés, à mieux gérer les risques et à investir pour la mise en place d'un système d'alerte.

La conférence a également adopté une déclaration afin de mieux intégrer la culture de la prévention des désastres et de reconnaître les relations entre réduction des catastrophes, développement durable et baisse de la pauvreté. La conférence a afin été l'occasion d'affirmer la nécessité de créer un système d'alerte, coordonné par les Nations Unies, pour tout type de désastres naturels. Pour prévenir les risques de tsunamis, un système régional pourrait voir le jour dans un an dans l'océan Indien. Bémol tout de même: chacun des participants a proposé d'adopter son propre mode de fonctionnement et son expertise révélant ainsi des dissensions. Dernière déception pour certains observateurs scientifiques: le retrait dans le texte de l'accord des références aux changements climatiques dus au réchauffement de la planète. Une victoire des représentants américains qui refusent toujours de ratifier le protocole de Kyoto.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus