La conférence de Genève fait chou blanc sur l’amiante

Le 18 mai 2015 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Rendez-vous en 2017 pour étudier de nouveau l'inscription de l'amiante chrysotile
Rendez-vous en 2017 pour étudier de nouveau l'inscription de l'amiante chrysotile

La conférence de Genève s’est conclue le 15 mai avec l’inscription de 4 nouveaux produits chimiques aux conventions de Rotterdam et de Stockholm. Aucun compromis n’a toutefois été trouvé sur l’amiante blanc et le paraquat.

Les naphtalènes polychlorés, l’hexachlorobutadiène (un sous-produit de la fabrication de solvants chlorés) et le pentachlorophénol (un fongicide) sont désormais inscrits à la convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants (POP).

 

Rendez-vous en 2017

La convention de Rotterdam sur les produits chimiques dangereux s’intéresse quant à elle au méthamidophos, un insecticide extrêmement toxique qui peut avoir des effets graves sur le système nerveux, immunitaire et reproductif. Une nouvelle fois, les discussions ont échoué à faire inscrire l’amiante chrysotile et le paraquat[1] à l’annexe III de la convention, la Russie, le Kirghizstan, le Kazakhstan et le Zimbabwe ayant réitéré leur opposition. Maigre avancée donc.

Plusieurs directives techniques concernant les mouvements transfrontaliers des déchets dangereux (convention de Bâle) ont enfin été adoptées. Elles visent notamment à mieux contrôler les déchets contenant des POP, des polychlorobiphényles (PCB), du mercure, et de l’hexabromocyclododécane. Selon un rapport du programme des Nations unies pour l’environnement (Pnue), publié le 12 mai, environ 90% des déchets électroniques produits dans le monde sont tout simplement vendus ou enfouis en toute illégalité.

La prochaine conférence des parties des conventions de Bâle, Rotterdam et Stockholm se déroulera à Genève du 22 avril au 5 mai 2017.



[1] Le paraquat est un produit chimique utilisé dans la production d’herbicide. La mort peut survenir dans les 30 jours suivant son ingestion. Il est interdit dans l’Union européenne.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus