La Commission veut verdir la finance européenne

Le 08 mars 2018 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Bruxelles veut drainer plus de capitaux vers la transition énergétique.
Bruxelles veut drainer plus de capitaux vers la transition énergétique.

Bruxelles n’a pas été longue à réagir. Un mois après la publication du rapport d’experts, la Commission a publié, ce jeudi 8 mars, son plan d’action visant à rendre l’économie «plus verte et plus propre».

 

Le problème de base est tout simple. Pour atteindre les objectifs du paquet Energie Climat 2030 (-40% de gaz à effet de serre entre 1990 et 2030), les pays de l’Union européenne ont besoin, collectivement, d’investir 180 milliards d’euros par an de plus qu’ils ne le font déjà. Comment, dès lors, drainer plus de capitaux vers la transition énergétique?

S’appuyant sur les recommandations du rapport HLEG, l’exécutif communautaire propose un plan d’action aux Etats membres. Il s’agira d’abord de s’accorder sur un système de classification. Cette ‘taxonomie’ devant permettre à tous les acteurs de «définir ce qui est durable et d'identifier les domaines dans lesquels les investissements durables peuvent avoir la plus forte incidence».

respect des critères verts

Bruxelles veut aussi labelliser les produits financiers vraiment verts. C’est «sur la base de ce système de classification de l'UE: les investisseurs pourront ainsi déterminer facilement les investissements qui respectent des critères de faibles émissions de carbone ou d'autres critères environnementaux», explique-t-on à Bruxelles.

En plus d’obliger les gestionnaires d’actifs et les investisseurs institutionnels à intégrer des critères de durabilité dans leur processus de sélection des projets, Bruxelles veut aussi imposer aux assureurs et aux entreprises d'investissement d'informer leurs clients sur la base de leurs préférences en matière de durabilité.

stabilité financière

La Commission examinera s'il est envisageable de «recalibrer» les exigences de fonds propres applicables aux banques (le ‘facteur de soutien vert’) pour les investissements durables, lorsque cela se justifie du point de vue du risque, tout en veillant à préserver la stabilité financière.

Last but not least, le plan prévoit aussi de réviser les lignes directrices relatives à la publication d'informations non financières, afin de les aligner davantage sur les recommandations formulées, en décembre 2016, par le groupe de travail du Conseil de stabilité financière sur la publication d'informations financières relatives au climat.

La Commission organise une conférence à haut niveau le 22 mars prochain afin de débattre du plan d'action.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus