La Commission européenne s’attaque aux plastiques

Le 16 janvier 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Frans Timmermans a présenté, ce 16 janvier, la première stratégie de la Commission sur les plastiques
Frans Timmermans a présenté, ce 16 janvier, la première stratégie de la Commission sur les plastiques

Bruxelles a présenté, ce 16 janvier, sa première stratégie sur les plastiques, qui vise 100% d’emballages réutilisables et recyclables en 2030. Un objectif non contraignant.

 

C’est la première fois que la Commission européenne s’attaque aux plastiques sous l’angle de la pollution, sans oublier toutefois les intérêts économiques. Jusqu’à présent, les déchets plastique n’étaient visés que par les objectifs de recyclage de la directive Emballages[1]. «Le plastique peut nous tuer si on ne règlemente pas son utilisation», a déclaré sans détours Frans Timmermans, premier vice-président de la Commission, lors d’une conférence de presse.

 

30% de recyclage

Chaque année, les Européens produisent 26 millions de tonnes de déchets plastique dont seuls 30% sont recyclés, selon le bilan publié le 11 janvier par la fédération Plastics Europe. Le reste est enfoui ou incinéré. Et l’interdiction chinoise d’importer des déchets plastique risque d’aggraver cette situation.

 

Des normes et une demande

C’est pourquoi Bruxelles souhaite que 100% des emballages plastique soient réutilisables ou recyclables en 2030. «Ce ne sont pas encore des mesures législatives mais elles vont le devenir», a assuré Jyrki Katanen, commissaire en charge de l’emploi, de la croissance, de l’investissement et de la productivité. Son objectif ? «Créer un marché unique des emballages en plastique, qui n’existe pas aujourd’hui à cause de l’absence de normes de qualité et de demande», a-t-il précisé lors de la conférence de presse. De nouvelles règles devraient voir le jour dans ces deux secteurs.

 

Plastiques à usage unique

La stratégie Plastique de la Commission qui «s’inscrit dans la stratégie sur l’économie circulaire», vise aussi à réduire les plastiques à usage unique (une consultation est en cours). Selon l’ONG Seas at risk, 16 milliards de tasses à café et 36 milliards de pailles sont jetées chaque année dans l’UE. Autre objectif: limiter l’usage des microplastiques dans les produits. De nouvelles mesures devraient enfin réglementer les installations de réception portuaires.

 

Exit la taxe plastique

Côté moyens, le bât blesse. Bruxelles a annoncé une enveloppe de 100 millions d’euros pour «financer la mise au point de matières plastiques intelligentes et mieux recyclables, rendre les processus de recyclage plus efficaces et assurer le traçage et l’élimination des substances dangereuses des contaminants dans les plastiques recyclés». Tout dépendra du bon vouloir des Etats membres et des entreprises. La taxe plastique, évoquée le 10 janvier par le commissaire Oettinger, en charge du budget, n’a pas fait long feu. «Des taxes peuvent être utiles si elles sont bien conçues. Mais pour l’instant, nous n’avons pas encore trouvé de solution satisfaisante», a déclaré Jyrki Katanen.

 

Plastic Free / La chaîne britannique de supermarchés Iceland s’engage à supprimer tout emballage plastique des produits de sa marque avant fin 2023. Une première pour un distributeur d’outre-Manche. Dans les 900 magasins, le plastique sera remplacé par «des emballages en papier» et «des sacs entièrement recyclables».

 


[1] 50% en 2025 et 55% en 2030 selon le nouveau paquet Economie circulaire

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus