La commission Environnement vote pour l’interdiction du thon rouge

Le 28 janvier 2010 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Mercredi 27 janvier, la commission Environnement du Parlement européen a voté en faveur de l'interdiction du commerce international du thon rouge (48 voix pour, 2 contre), selon un communiqué de Greenpeace.

Par ce vote à valeur consultative, les eurodéputés conseillent de classer l’espèce menacée sur l’annexe 1 de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (Cites), comme revendiquée par la majorité des ONG (1). Cette position défendue par la Commission européenne s’était heurtée en septembre au refus de 6 pays pêcheurs de thon rouge, dont la France, l’Italie et l’Espagne (2).

Pour Corinne Lepage, eurodéputée (ADLE) et vice-présidente de la commission Environnement, «cette décision envoie un signal politique fort à la France, qui tarde à faire connaître sa position sur le sujet». De fait, le président Nicolas Sarkozy ne s’est toujours pas prononcé tandis que le ministre de la pêche a pris une position en recul pour une inscription sur l’annexe 2 de la Cites (interdiction partielle) (3), au nom de la sauvegarde des emplois. Pourtant, selon Greenpeace, cette pêche n’emploierait en France que 150 personnes, pendant un mois, sur une vingtaine de bateaux de pêche industrielle.

Deuxième signal positif toutefois: l'Italie a annoncé qu'elle soutiendrait l'inscription à l'annexe 1. Ce pays envisage de décréter un moratoire sur la pêche industrielle de thon rouge destiné à l'exportation, et de distribuer le quota qui lui est alloué à la pêche côtière, relate Corinne Lepage qui salue «une décision responsable et courageuse». «L’Italie avait contribué avec l’Espagne et la France à bloquer le processus, explique François Chartier, chargé de campagne Océans à Greenpeace France, la France fait aujourd’hui, par son silence, bien pâle figure à côté de l’Italie…».
«Alors que 65 % des Français se déclaraient, le 22 janvier, en faveur de l’interdiction du commerce international, dans un sondage commandé par Greenpeace à l’institut CSA, le gouvernement fait le mort», dénonce Greenpeace dans son communiqué.

(1) Dans le JDLE «Les ONG exhortent la France à interdire le thon rouge»
(2) Dans le JDLE «Interdiction du thon rouge: désaccord des pays européens»
(3) Dans le JDLE «Thon rouge: vers une interdiction partielle?»
(4) Dans le JDLE «Sarkozy défend les conclusions du Grenelle de la mer»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus