La coalition Jamaïque: une politique allemande en devenir

Le 31 octobre 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La coalition Jamaïque va-t-elle porter un coup d'arrêt aux renouvelables ?
La coalition Jamaïque va-t-elle porter un coup d'arrêt aux renouvelables ?
VLDT

Après un mois de tractations, les 4 partenaires pressentis pour former la prochaine coalition de gouvernement de l’Allemagne ont peu progressé sur les questions énergétiques.

 

Paradoxe: alors qu’elle s’apprête à accueillir le prochain sommet climatique mondial (certes présidé par les Iles Fidji), l’Allemagne peine toujours à définir sa politique… climatique. En cause, le résultat des élections législatives du 24 septembre dernier.

Après avoir récolté de piètres résultats, la chancelière Merkel a été contrainte d’édifier une coalition de gouvernante inédite, rassemblant les conservateurs de la CDU/CSU, les écologistes des Verts et les libéraux du FPD. En reprenant les couleurs des 4 partis[1], on retrouve celles du drapeau de la Jamaïque.

Un progrès libéral

Après un mois de négociations, on est encore loin d’un programme de gouvernement, notamment sur les questions liées à l’énergie et au climat. Selon Bilde, les négociateurs de la future coalition ‘Jamaïque’ se seraient mis d’accord sur le fait que la politique nationale soit conditionnée par les objectifs fixés par les paquets Energie Climat 2020 et 2030 et par l’Accord de Paris, pour l’échéance de 2050. C’est un progrès. Quelques jours plus tôt, Stefan Birkner, l’un des sherpas du FPD, estimait que les objectifs nationaux étaient purement indicatifs. Une position inacceptable pour les Grünen.

Des Concessions vertes

Ramener les libéraux dans le droit chemin climatique a coûté quelques concessions aux Verts. Ces derniers ont accepté que l’atteinte des objectifs climatiques soit conditionnée au respect de deux sacro-saints principes: le maintien de la sécurité d’approvisionnement (le gaz russe n’est pas près d’être coupé), et des prix de l’énergie qui préservent la compétitivité de l’économie allemande.

la fin du charbon?

Reste à déterminer l’avenir du charbon, source de 40% de l’électricité nationale. Les écologistes préconisent la fin de la production et de l’utilisation du charbon et du lignite dès 2030. Ce qui fait bondir les libéraux et les conservateurs de la CDU/CSU. Durant la campagne électorale, la Angela Merkel avait esquissé une fin du charbon allemand, au prix d’un important accompagnement économique et social des régions minières.

Sans inflexion de sa politique énergétique, l’Allemagne ne devrait réduire ses émissions carbonées ‘que’ de 32% entre 1990 et 2020. Soit 8 points de moins que l’objectif fixé par l’Union européenne.

 



[1] Noir pour la CDU/CSU, jaune pour le FPD et vert pour les Grünen.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus