La circulation routière repart

Le 26 août 2016 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
80% des surfaces dédiées aux routes et autoroutes.
80% des surfaces dédiées aux routes et autoroutes.
DR

Tout sur les transports en France en 2015, grâce à la commission des comptes des transports de la nation. Circulation routière en hausse, comme les émissions de gaz à effet de serre.

La commission des comptes des transports de la nation publie le panorama 2015 des transports du pays. Et le cru est favorable au secteur, avec un prix du pétrole très bas, un produit intérieur brut en légère hausse et une consommation des ménages qui dope les déplacements individuels (achat de véhicules, carburants...) et les échanges extérieurs de produits. Sans surprise, et après une décennie d’atonie, la circulation routière repart. Le transport de voyageurs individuels augmente, alors que transport routier et fluvial de marchandises sont à la baisse. Le fret repart à la hausse, même s’il ne représente qu’un dixième du transport de marchandises. Seule véritable ombre au tableau: malgré la diminution des émissions unitaires de CO2 dans le transport routier et dans le transport aérien, les émissions de GES ont augmenté au total depuis 1990, loin des objectifs du facteur 4.

Et les émissions de CO2 des biocarburants? Elles ne sont pas comptabilisées comme émissions du transport, car elles sont supposées être exactement compensées dans l’année par l’absorption de CO2 par les nouvelles cultures. En 2014, elles ont cru de 0,8%.

Plus de 2 tonnes de Co2 par habitant

Car la responsabilité des transports routiers dans les émissions de GES est énorme: ceux-ci représentent 28,9% de l’ensemble des émissions métropolitaines[1]. Une part qui s’est alourdie de 22% depuis 1990. «Cette progression résulte d’une augmentation du trafic routier qui n’a pas été compensée par le développement des biocarburants, de l’électro-mobilité ou par la baisse des émissions conventionnelles des nouveaux véhicules», explique la commission. Ces émissions de GES du transport représentent un peu plus de 2 tonnes équivalent CO2 par habitant, plus que l’objectif fixé par la loi d’environ 2 t eqCO2 à l’horizon 2050.

L’avion décolle

Quant à la consommation d’énergie des transports, du fait de la baisse des prix du pétrole, elle est en augmentation en 2015 (1,3%), sur une tendance à la baisse sur plus long terme (-0,5% en moyenne annuelle depuis 2010). 18,5% des carburants pétroliers sont utilisés pour d’autres usages que la route, avec en tête l’avion (14% des consommations d’énergie), en augmentation en 2015 (+4,8%) et sur moyenne période (+1,2% en moyenne annuelle depuis 2010), en lien avec l’augmentation des mouvements d’avions. Le transport maritime et fluvial utilise 3,6% de l’énergie des transports.

La clim’ réchauffe bien le climat: les HFC (substituts des chlorofluorocarbures qui mitent la couche d’ozone) sont, après le CO2, le principal poste d’émissions de gaz à effet de serre des transports. En 2015, ceux-ci en émettent 2,8 Mt eqCO2, soit 14,7% de l’ensemble des émissions de ces gaz de synthèse.

1,5 million d’ha urbanisés

Eclairage intéressant: l’emprise des infrastructures. Les surfaces dédiées aux transports couvrent près de 1.550.000 hectares, soit 2,8% de la surface de la France métropolitaine. Dont 79% sous forme de routes ou autoroutes, 8% consacrés au transport par eau, 6% aux chemins de fer et 4% au stockage et aux services auxiliaires des transports. Des surfaces qui ont augmenté de près de 10% entre 2006 et 2012.

 

 



[1] Et même majoritaire pour les oxydes d’azote, le cuivre et le zinc, entre 55% et 68%. Le transport routier est responsable de 15 à 25% des émissions de monoxyde de carbone (CO), d’hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), de dioxines et furanes (PCDD-F), de cadmium (Cd) et d’arsenic (As), et de 45% pour le plomb (Pb).

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus