La circulation alternée: un coup d’épée dans l’air

Le 07 décembre 2016 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Seuls les véhicules aux plaques paires sont autorisés à circuler le 8 décembre
Seuls les véhicules aux plaques paires sont autorisés à circuler le 8 décembre

La circulation alternée est mise en œuvre à Paris le 8 décembre pour la troisième journée consécutive, alors qu’elle n’a quasiment eu aucun effet le 6 décembre, selon Airparif.

 

Et de trois! Le préfet de police de Paris Michel Cadot reconduit la circulation alternée à Paris et dans 22 communes de la Petite couronne pour la journée du 8 décembre, selon un nouvel arrêté préfectoral. Cette mesure est complétée par le dispositif habituel (réduction de vitesse, contournement des poids lourds, etc.) alors que le seuil d’alerte doit être dépassé pour les concentrations aux particules PM10 selon les prévisions d’Airparif.

Mais ces mesures seront-elles suivies? La mise en place de la circulation alternée n’a quasiment pas eu d’effet le 6 décembre, selon le bilan dressé par l’association de surveillance de la qualité de l’air francilienne. «La circulation a seulement été réduite de 8% par rapport à une journée habituelle, contre 18% en mars 2014 lorsque la circulation alternée a été mise en place dans la capitale», compare Charlotte Songeur, ingénieure à Airparif. 

Après l’avoir réclamée, la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse a demandé sa suppression, ce 7 décembre, «tant que la circulation ne sera pas revenue à la normale sur le réseau SNCF» (en référence aux perturbations du trafic sur le RER B entre Paris et Roissy, ndlr). Signe d’une cacophonie institutionnelle dans la région face à l’urgence sanitaire posée par la pollution atmosphérique.

 

Une première à Lyon

 

Pour la première fois, Lyon et Villeurbanne vont connaître la circulation alternée le 9 décembre alors que le seuil d’information a été dépassé depuis plus d’une semaine pour les concentrations en particules PM10. Si le trafic routier sature l’air, c’est surtout le chauffage au bois sans foyer fermé et les émissions industrielles qui sont responsables de ces dépassements, selon Atmo Auvergne Rhône-Alpes. Le dispositif des vignettes, Crit’Air, adopté à Paris et à Grenoble, reste encore à l’étude. Entre 4 et 8% des décès annuels survenus dans la capitale du Rhône seraient dus à la pollution atmosphérique, selon l’institut des Biosciences.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus