La Chine sabre son solaire

Le 05 juin 2018 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Des tarifs d'achat en baisse et un moratoire sur les nouvelles installations de puissance.
Des tarifs d'achat en baisse et un moratoire sur les nouvelles installations de puissance.
VLDT

Pour freiner l’expansion incontrôlée du photovoltaïque, Pékin réduit les tarifs d’achat et bloque les nouveaux projets.

 

Cela pourrait faire sourire (jaune) les vétérans français du photovoltaïque. Confrontée à une surchauffe de son secteur solaire, la Chine vient de donner un coup d’arrêt au développement des panneaux solaires. Vendredi 1er juin, un communiqué co-signé par la Commission nationale de la réforme et du développement (sorte de ministère du plan), le ministère des finances et l’administration nationale de l’énergie a mis les choses à plat.

Moratoire immédiat

Un moratoire sur la construction de nouvelles fermes photovoltaïques est décidé, avec effet immédiat. Pour le parc existant, les tarifs d’achat sont diminués de 7 à 9% selon les régions. Pékin limite à 10 gigawatts crête (GWc) la puissance installée dédiée à l’autoconsommation. Le solaire n’est pas la seule énergie verte ainsi entravée. Le mois dernier, le gouvernement chinois avait déjà indiqué que la désignation des futurs parcs éoliens se ferait à la suite d’appels d’offres.

100 milliards de déficit

Plusieurs raisons expliquent ces décisions brutales. Financé par une taxe sur la consommation d’électricité (la version chinoise de la CSPE), le fonds de soutien à l’énergie solaire affiche d’ores et déjà un déficit supérieur à 100 milliards de yuans (13 milliards d’euros). Les gestionnaires de réseau d’électricité peinent, en outre, à raccorder un nombre considérables de fermes solaire. Entre 2016 et 2017, la Chine a mis en service plus de 53 GWc de centrales photovoltaïques: plus que ce qui avait été installé dans le monde en 2015. Son objectif pour 2020 est d’ores et déjà atteint.

plongées boursières

Les marchés n’ont pas été longs à sanctionner les entreprises du secteur. A Shenzen, l’action de Sungrow Power a décroché de 10% lundi. A la bourse de Hong Kong, le titre du fabricant de wafer, GCL-Poly, plongeait de 9%.

Logiquement, le marché chinois devrait connaître un sérieux ralentissement cette année. Cité par le South China Morning Post, l’analyste Dennis Ip estime que la Chine raccordera 30 GWc, cette année: 15 GWC de moins que prévu initialement. Avis partagé par Frank Haugwitz, de l’Asia Europe Clean Energy (Solar) Advisory.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus