La Chine, premier émetteur d’azote

Le 26 janvier 2016 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les flux commerciaux d'azote
Les flux commerciaux d'azote
University of Sydney

Publiée dans la revue Nature Geoscience, une étude australo-japonaise dresse la première cartographie mondiale des émissions d’azote. A eux quatre, la Chine, les Etats-Unis, l’Inde et le Brésil sont responsable de près de la moitié d’entre elles.

En 2010, les Terriens ont émis 189 millions de tonnes d’azote, dont 161 millions de tonnes issues de l’industrie et l’agriculture et 28 millions de tonnes des consommateurs, ont calculé Azusa Oita, de l’université de Sydney, et ses collègues. De quoi toujours plus dégrader la qualité de l’air (oxydes d’azote), accélérer le réchauffement climatique (protoxyde d’azote, d’origine agricole), polluer les nappes phréatiques et créer des zones mortes en eau douce et en mer.

Selon les calculs de l’équipe 20% de ces émissions sont chinoises, 11% indiennes, 10% états-uniennes et 6% brésiliennes. Ces pays sont suivis par la Russie, le Pakistan, l’Indonésie, l’Australie, le Mexique et l’Argentine, qui ensemble sont à l’origine de 16% des émissions mondiales.

Une moyenne annuelle de 27 kg/habitant

Comme pour les émissions de carbone, celles d’azote, d’une moyenne annuelle de 27 kg par habitant, varient fortement d’un pays à l’autre: elles vont de moins de 7 kg/habitant/an en Papouasie-Nouvelle Guinée, au Libéria et en Côte d’Ivoire à plus de 100 kg/habitant au Luxembourg et à Hong Kong.

Avec environ 50 kg par habitant et par an, la France est le 20ème émetteur d’azote au monde. En Europe, elle est devancée par le Luxembourg (2ème), la Suisse (12ème), la Grèce (14ème), la Norvège (15ème) et le Royaume-Uni (17ème). Outre ses voisins européens, c’est avec l’Inde que les échanges d’azote sont les plus intenses: essentiellement à base de vêtements, ce commerce équivaut à 6% des émissions françaises.

Pour Arunima Malik, co-auteure de l’étude, ces disparités «reflètent une plus grande consommation de produits d’origine animale, de produits transformés, de biens et service très demandeurs d’énergie».

Analysant les émissions azotées en termes de commerce international, les chercheurs montrent que la Chine, l’Inde, le Pakistan et la Thaïlande exportent la plupart d’entre elles via le textile et les vêtements. Quant aux pays européens (France, Royaume-Uni, Allemagne, Italie), une grande partie de leurs échanges, export comme import, ont trait aux produits alimentaires.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus