La Chine gros émetteur de GES depuis trois siècles

Le 30 septembre 2014 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La déforestation alourdit le bilan carbone chinois.
La déforestation alourdit le bilan carbone chinois.
DR

C’est l’un des gros enjeux de la négociation climatique qui a cours depuis deux décennies. Qui est responsable des changements climatiques? Imparfaite, la comptabilité carbone apporte quelques éléments de réponse.

Selon les reconstructions effectuées par le World Resource Institute ou le centre d’information et d’analyse sur le dioxyde de carbone (CDIAC, un laboratoire dépendant du secrétariat américain à l’énergie), les réponses sont évidentes.

Le nord, c'est la moitié des émissions passées

La responsabilité des pays les plus industrialisés, qui ont entamé leur première révolution industrielle dès le milieu du XVIIIe siècle, est écrasante. Une estimation des rejets carbonés de 1850 à 2006 révèle ainsi que les états-Unis et les 28 pays de l’Union européenne ont émis près de 630 milliards de tonnes de gaz carbonique (MdtCO2), durant ce siècle et demi: 56% du total mondial[1].

Pour autant, le poids des grands émergents n’est pas nul. La Chine est ainsi créditée de 93 MdtCO2, l’Inde de 26 MdtCO2, l’Afrique du Sud de 12 MdtCO2, le Brésil de 9 MdtCO2 et l’Arabie saoudite de 6 MdtCO2.

En se basant sur la consommation passée d’énergies fossiles (charbon, pétrole et gaz), ces calculs font l’impasse sur une part non négligeable de l’empreinte carbone nationale: celle imputable à l’agriculture. Des chercheurs des universités de Pékin, Nankin et de l’académie des sciences ont évalué l’impact climatique de la déforestation dans le nord-est de la Chine, entre 1680 et 1980.

Publiée dimanche 28 septembre dans Science China Earth Sciences, l’étude s’appuie sur des livres de compte, des comptes rendus d’explorateurs russes et des cadastres. Elle estime que 38% des prairies et 20% des forêts et des steppes du nord-est de l’Empire du milieu ont cédé la place aux grandes cultures. Ce qui aurait accru, affirme Fang Xiuq (université de Pékin), de 3,6 à 10 Mdt équivalent CO2 l’empreinte climatique chinoise.

le lourd bilan de la déforestation européenne

La question de savoir s’il fait ajouter le bilan carbone de la déforestation historique pour établir les responsabilités des nations dans le déclenchement du changement climatique est éminemment politique. Mais il n’est pas certain que les Occidentaux aient vraiment intérêt à en faire un enjeu de négociation.

Dans un article publié en 2011 par The Holocene, le climatologue Jed Kaplan a estimé le bilan carbone de deux millénaires de déforestation en Europe. En couplant répartition des populations humaines et recul de la forêt, le chercheur de l’Ecole polytechnique de Lausanne estime que les moines et les bucherons du Vieux monde ont contribué à émettre de 374 à 1.321 Mdt éqCO2. Les négociateurs chinois peuvent sans doute dormir tranquille.



[1] La France est créditée de 32 MdtCO2, soit 2,8% du total mondial, ce qui est supérieur à la part de ses émissions actuelles dans le total des rejets anthropiques actuels.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus