La Chine doit taxer le carbone pour faire reculer le charbon

Le 30 août 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
 Une nouvelle centrale par semaine pendant 20 ans.
Une nouvelle centrale par semaine pendant 20 ans.
DR

Une étude de BNEF l’affirme: à moins de fortement taxer leurs émissions énergétiques de gaz carbonique, les Chinois n’ont que peu de chance de réduire leur bilan carbone.

L’ogre énergétique chinois nous condamne-t-il à alourdir, collectivement, notre empreinte carbone? Sans aucun doute, a priori. En suivant les tendances actuelles d’évolution de la consommation d’électricité, l’Empire du milieu devrait accroître son parc de production de 1.500 gigawatts d’ici 2030. Le tout pour une addition estimée à près de 3.000 milliards d’euros (20% du PIB de l’Union européenne). Dit autrement, cela correspond à la mise en service de l’équivalent de la puissance du parc nucléaire français tous les 8 mois…

Une nouvelle centrale par semaine pendant 20 ans

Assurant l’alimentation de 67% des capacités de production actuelles, le charbon reste le combustible de prédilection. Mais sa part est appelée à diminuer, indique une étude publiée en début de semaine par Bloomberg New Energy Finance (BNEF). Selon le consultant, si les pouvoirs publics continuent de soutenir, comme actuellement, l’installation de centrales «renouvelables» et d’installations au gaz naturel, la part du charbon dans le mix chinois pourrait tomber à 44% d’ici 2030. Bien, mais cela représente tout de même la mise à feu d’une centrale à charbon de 500 mégawatts par semaine pendant les 20 prochaines années.

12 euros la tonne, sinon rien

A moins que Pékin et les gouvernements régionaux ne changent leur fusil d’épaule, en adoptant une politique anti-carbone radicale: soutien massif aux énergies décarbonées et au gaz. Et pour faciliter cette transition énergétique, BNEF milite pour la création d’un prix unitaire du CO2. Imaginant que la demi-douzaine de marchés chinois du carbone fusionnent dans les prochaines années (c’est prévu pour 2015, en principe), la filiale de Bloomberg estime à 99 yuans (12 euros) le prix de l’émission d’une tonne de gaz carbonique. Un prix suffisant, estime le consultant, pour diminuer de 23% le nombre de centrales au charbon à venir. L’important, c’est d’y croire.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus