La Chine détruit 6 tonnes d’ivoire en public, pour la première fois

Le 07 janvier 2014 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les 5,4 tonnes d'ivoire ont été réduites en poudre aux Etats-Unis.
Les 5,4 tonnes d'ivoire ont été réduites en poudre aux Etats-Unis.
Alex Hofford/EPA

Premier marché mondial pour l’ivoire, la Chine en a détruit hier près de 6,2 tonnes devant un parterre de journalistes et de représentants de la Convention sur le commerce international de la faune et de la flore sauvages menacées d'extinctions (Cites). «La Chine envoie un message très fort, aux Chinois comme à la communauté internationale, en montrant qu'elle n'est pas disposée à tolérer le commerce illégal de l'ivoire d'éléphant», a déclaré le secrétaire général de la Cites, John Scanlon. Le Programme des Nations unies pour l'environnement (Pnue) a félicité la Chine pour cette première opération. «Le plus gros mammifère encore présent sur la planète fait face à l’une des plus grosses crises qu’a connues une espèce depuis des décennies», a rappelé Achim Steiner, le secrétaire général adjoint de l’Organisation des Nations unies et directeur exécutif du Pnue. 47.000 éléphants ont été tués sur le continent africain pour les seules années 2011 et 2012. Il en resterait 500.000; 20% d’entre eux pourraient être tués pour leur ivoire dans les 10 prochaines années selon un rapport récent.

 

Cette destruction intervient dans un contexte chinois bien particulier. Le pays a été autorisé en 2008, dans le cadre de la Cites, à acquérir aux enchères près de 60 t d’ivoire auprès de 4 pays d’Afrique australe (Zimbabwe, Botswana, Namibie, Afrique du Sud), qui ont ensuite alimenté 172 ateliers et magasins de détails bénéficiant d’une licence ad hoc, rappelle l’association écologiste Robin des bois. L’effet de cette dérogation a été dévastateur: «Les acheteurs ont pu croire à une réouverture totale de ce marché et la demande a explosé, explique au Journal de l’environnement Charlotte Nithart, de Robin des bois. Une dizaine de vendeurs, selon les autorités chinoises, ont également profité de cet agrément pour compléter leurs stocks, ce qui a ’blanchi‘ de l’ivoire illégal». Le broyage de ces 6,2 t «va provoquer une prise de conscience chez les consommateurs et freiner la demande intérieure», espère l’association.

 

Les destructions médiatisées se multiplient dans le monde. Les Etats-Unis ont passé à la broyeuse 5,4 t de colifichets en ivoire en novembre 2013. D’autres pays, comme le Gabon, l’Inde, le Kenya et les Philippines, organisent des opérations de destruction (en général par le feu). Et la France pourrait s’y résoudre début février, après s’y être longtemps refusé. Un inventaire des stocks d’ivoire présents sur le territoire national est en cours auprès des douanes, des greffes des tribunaux et des muséums. Trois tonnes pourraient être détruites, quand Robin des bois évalue à au moins 8 t les stocks saisis depuis l’interdiction du commerce international de l’ivoire, il y a 15 ans.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus