La Chine censure un rapport sur la pollution

Le 04 juillet 2007 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Dans son édition du 3 juillet, le Financial Times a révélé que Beijing (Pékin) a censuré presqu’un tiers d’un rapport de la Banque mondiale sur la pollution du pays et son incidence sur la mortalité. L’Agence de protection de l’environnement chinoise (Sepa) et le ministère de la santé craignent que l’évaluation concernant les décès prématurés provoque une «agitation sociale». Le rapport estime à 750.000 le nombre de Chinois qui meurent prématurément chaque année à cause de la pollution de l’air. 350.000 à 400.000 décès sont liés à la pollution atmosphérique des grandes villes. 16 des 20 mégalopoles les plus polluées du monde sont situées en Chine, selon une étude précédente de la Banque mondiale. Par ailleurs, 300.000 Chinois mourraient annuellement prématurément à cause de la pollution de l’air intérieur. Enfin, le rapport a estimé à 60.000 les décès prématurés imputables chaque année, non à cause de la mauvaise qualité de l’air, mais de celle de l’eau.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus