- 

La Chine aurait rempli ses objectifs de réduction des émissions

Le 01 décembre 2010 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

La Chine affirme avoir économisé l'équivalent de 490 millions de tonnes de charbon entre 2006 et 2009. Elle a ainsi réduit ses émissions de dioxyde de carbone d'environ 1,5 milliard de tonnes, grâce aux mesures d'économie d'énergie et de réduction des émissions, prévues par son 11e plan quinquennal (2005-2010), peut-on lire le 1er décembre dans le Quotidien du Peuple.

« Entre 2005 et 2010, la quantité d'énergie consommée pour 10.000 yuans (1.152 euros) de PIB est tombée de 1,22 à 1 tonne de charbon principal », explique le responsable chinois des questions climatiques, Xie Zhenhua. Cela correspond environ aux 20 % d'amélioration de l'efficacité énergétique, qui mesure la quantité d'énergie consommée par unité de PIB, à laquelle la Chine voulait parvenir en 5 ans.

En novembre 2009, la Chine s'est engagée à réduire ses émissions de dioxyde de carbone par unité de produit intérieur brut (PIB) de 40 à 45 % avant 2020, par rapport aux niveaux de 2005.

Pour le pays, les objectifs sont donc réalisés dans les temps, même si la Chine a reconnu récemment être le premier émetteur mondial de gaz à effet de serre (GES), devant les Etats-Unis. Ses émissions par tête restent néanmoins inférieures à celles des pays riches.

Mais la pollution de l’air continue de battre des records, surtout à Shanghai, depuis que les industries ont repris du service à la fin de l’exposition universelle 2010, fin octobre. Le gouvernement avait en effet interdit les activités industrielles susceptibles de saturer l’air ambiant, et bloqué la circulation automobile pour limiter la pollution et ne pas gêner les visiteurs durant les 6 mois de l’exposition. Selon China Daily, la pollution de l’air du mois de novembre était la pire jamais enregistrée depuis 5 ans.

La question du contrôle des émissions de GES fait actuellement débat à la conférence sur le climat de Cancun ouverte il y a deux jours. Pays riches et pays en développement n'ont pas les mêmes obligations en ce qui concerne les déclarations annuelles des niveaux d’émission.

Ce principe, en vigueur depuis la convention-cadre sur les changements climatiques adoptée en 1992, ne satisfait plus la quarantaine de pays développés qui déclarent leurs émissions et qui attendent davantage d’engagement de la part des pays fortement émetteurs, comme la Chine.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus