La chalarose frappe au Nord

Le 29 août 2016 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Fraximus Excelsior dans toute sa splendeur.
Fraximus Excelsior dans toute sa splendeur.
DR

C’est une mesure exceptionnelle, mais pas surprenante, que vient de prendre l’Office national des forêts (ONF). Dès le 15 septembre, 5 forêts domaniales du Nord et du Pas-de-Calais[1] vont être interdites au public.



[1] Sont concernées : les forêts de Boulogne, Desvres, Hardelot, Vimy et Nieppe.

 

Plusieurs mois durant, les forestiers vont sécuriser les abords des 350 kilomètres de chemins de randonnée en abattant les arbres malades et potentiellement dangereux pour les promeneurs.

Gérés par l’ONF, ces massifs abritent de nombreux frênes frappés par une terrible maladie parasitaire: la chalarose. Transmise par un champignon microscopique (Chalara fraxinea), cette infection flétrit les feuilles. Des années durant, l’arbre s’épuise à reconstituer son feuillage. Se développant dans un sujet diminué, le champignon infecte, puis nécrose son pied, perturbant puis interrompant la circulation de la sève. Et conduisant l’arbre vers une issue fatale.

maladie incurable

Originaire d’Europe orientale, la chalarose est pour le moment totalement incurable. Fatale à 98%, la maladie a fait son apparition en France en 2008, en Saône-et-Loire. Elle avance d’environ 150 km par an, rappelait au JDLE, Benoît Marçais, épidémiologiste des maladies des arbres à l’Institut national de recherches agronomiques (Inra).

Très présente dans le nord-est et le nord de l’Hexagone, elle a ravagé les frênes scandinaves, allemands, suisses et britanniques. Outre-Manche, plus de 100.000 arbres ont été abattus en 2012, pour tenter de ralentir le développement de l’épidémie.

La chalarose frappe essentiellement les frênes communs (Fraximus Excelsior) et oxyphylles (Fraximus angustifolia), mais pourrait nuire à d’autres oléacées: lilas, forsythias et oliviers. En Lituanie, le tiers des frênes a déjà disparu. Un mouvement qui semble aussi inéluctable que celui qui a vu la disparition des ormes européens dans les années 1970.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus