La Californie veut des compteurs communicants plus sûrs

Le 16 août 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L’avenir électrique passe probablement par les réseaux dits «intelligents». Combinant transport d’électricité, informatique et télécommunication, ces «smart grids» permettront tout à la fois de facturer le consommateur pratiquement à l’électron près, d’intégrer beaucoup plus de productions intermittentes (énergies renouvelables) que les réseaux actuels, tout en facilitant la recharge des futurs véhicules électriques.
 
Pour le client final, l’arrivée de ce nouveau type de réseau de distribution d’électricité se matérialisera par l’installation d’un compteur «communicant». En France, ERDF devrait opter pour le modèle Linky dès que le ministère en charge de l’énergie lui aura donné le feu vert. La décision est attendue pour les prochaines semaines.
 
Encore peu répandus, ces compteurs du troisième type suscitent quelques craintes de la part des associations de protection des consommateurs ou des libertés publiques. Les activistes estiment, en effet, qu’en enregistrant précisément toutes les variations de consommation de courant, le petit boîtier constitue un puissant outil de surveillance de chaque foyer.
 
Des spécialistes de la sécurité informatique craignent aussi qu’en accroissant l’informatisation de leurs infrastructures, les gestionnaires de réseaux constituent une cible de choix pour les hackers et autres pirates du Web. Avec les conséquences que l’on peut imaginer pour la sécurité de l’approvisionnement en électrons.
 
Très en pointe pour le déploiement des compteurs intelligents, la Californie a pris le taureau par les cornes. Son régulateur des questions énergétiques (la California Public Utility Commission ou CPUC) vient de publier les règles que les électriciens devront appliquer pour combiner intelligence du réseau et sécurité.
 
Devant installer 3 millions de nouveaux compteurs d’ici la fin de 2012 (lesquels s’ajouteront aux 8 millions déjà en service), Pacific Gas & Electric, San Diego Gas & Electric et Southern California Edison devront régulièrement faire auditer la sécurité de leurs réseaux intelligents par un tiers expert.
 
La CPUC tient notamment à vérifier que les informations collectées par les compteurs et diffusées par wifi vers les ordinateurs des compagnies d’électricité ne puissent pas être interceptées. Les électriciens devront aussi mettre en ligne, quotidiennement, toutes les informations qui permettront aux consommateurs de maîtriser le montant de leur facture (volume d’électricité consommée, prévisions de prix pour le lendemain, etc.).
 
Unique au monde, cette réglementation devrait inspirer nombre d’Etats de l’Union. Les Etats-Unis prévoient en effet de mettre en service près de 60 millions de compteurs communicants d’ici 2020.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus