La Bulgarie interdite de commerce carbone

Le 14 mai 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

C’est une sanction rarissime que le Comité de respect des dispositions du secrétariat de la convention de l’ONU sur les changements climatiques s'apprête à infliger à la Bulgarie. Si l’on en croit les dernières déclarations de la ministre bulgare de l’environnement, Nona Karadzhova, le gendarme climatique de l’ONU devrait interdire à Sofia tout commerce de quotas de CO2. La ministre a accusé de « négligence criminelle » le gouvernement précédent de centre-gauche, qui « n'a pas pris en compte des recommandations adressées à la Bulgarie entre 2007 et 2009 » portant sur l'absence d'un système transparent et fiable de mesure des émissions.


La piètre qualité de la comptabilité bulgare d’émission de gaz à effet de serre est donc le motif du courroux de l’institution de Bonn. Et cela n’est pas excessif. Car, sans statistiques sérieuses, personne n’est à même de vérifier la pertinence des engagements climatiques du pays, ni la qualité de son plan d’allocation de quotas d’émission. Dit autrement, après avoir truqué ses chiffres, Sofia est accusée d’émettre de la fausse monnaie carbone. Si la décision est confirmée le 30 juin prochain, la Bulgarie ne pourra plus vendre ses AAU (ses quotas nationaux alloués par l’ONU) et les 131 entreprises bulgares concernées ne pourront plus céder ou acheter le moindre quota européen (EUA). Problème, le nouveau gouvernement bulgare comptait bien engranger, cette année, 250 millions d’euros en vendant des AAU.


L’ONU n’est pas la seule institution à tenir à l’œil les agissements carboniques de la Bulgarie. La Commission européenne n’oublie pas que de très nombreux fraudeurs à la TVA des quotas européens ont agi depuis laBulgarie. Pour le moment, en toute impunité. Tout en accusant le précédent gouvernement d’incurie, Nona Karadzhova a promis de faire voter une nouvelle législation et de redemander l’accréditation de son pays à l’ONU. Une décision qui n’interviendra pas avant la fin de l’année, selon les observateurs.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus