La biodiversité britannique en péril

Le 14 septembre 2016 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le hérisson en déclin
Le hérisson en déclin

En matière de biodiversité, le Royaume-Uni fait piètre figure: selon le rapport «State of Nature 2016» publié mercredi 14 septembre, 56% des espèces animales et végétales ont décliné depuis 1970, et 15% sont déjà éteintes ou menacées. Première cause, l’agriculture.

La campagne anglaise n’est plus ce qu’elle était: défiguré par l’industrialisation, la déforestation et l’urbanisation, le Royaume-Uni est probablement l’un des pays au monde dont l’environnement a le plus souffert ces dernières décennies. Résultat, la biodiversité y est en grande souffrance, comme le révèle le rapport publié mercredi par la Société royale pour la protection des oiseaux (RSPB).

Fruit de l’observation de 9.670 espèces animales et végétales présentes au Royaume-Uni, le «State of Nature 2016» révèle que 56% d’entre elles ont vu leurs effectifs diminuer entre 1970 et 2013 -dont 40% à un rythme modéré ou rapide-, et 53% entre 2002 et 2013.

Ce sont les invertébrés, en particulier les papillons, qui sont les plus touchés, avec un déclin de 59% des espèces depuis 1970. Sur les près de 8.000 espèces examinées selon les critères de la Liste rouge, 15% sont éteintes ou menacées.

Hérisson, triton, campagnol…

Parmi les espèces en baisse, les experts citent le hérisson, le triton à crête ou la chrysanthème des moissons, tous victimes de l’agriculture. Idem pour le campagnol amphibie, menacé par l’assèchement des zones humides, ou encore les lézards, atteints par la destruction des bruyères.

Grâce aux efforts de conservation, d’autres espèces s’en sortent mieux, et font même leur retour dans les paysages britanniques, dont la loutre, le milan royal et le butor.

Si l’agriculture est sans conteste la première responsable de cette chute de biodiversité, le changement climatique a aussi un impact marqué. Ses effets sont toutefois mitigés d’une espèce à l’autre: certaines espèces, notamment celles du sud qui voient de nouveaux territoires s’ouvrir à elles, en tirent des bénéfices, tandis que celles du nord voient leur habitat se restreindre.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus