La bio: un chiffre d’affaires en hausse de 11%

Le 01 juin 2012 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Plus d'un million d'hectares sont cultivés en bio
Plus d'un million d'hectares sont cultivés en bio

A l’occasion du lancement du Printemps Bio, qui se déroule du 1er au 15 juin, l’Agence Bio détaille la progression de cette production dans l’Hexagone, tandis que les agriculteurs demandent un plan Bio.
 

Avec plus d’un million d’hectares, la surface agricole dédiée à la bio a passé cette année un cap symbolique, que n’a pas manqué de souligner Elizabeth Mercier, la directrice de l’Agence Bio.

Environ 700.000 hectares sont certifiés biologiques, les autres étant en conversion. Au total, la bio représente 23.135 exploitations agricoles, soit 4,5% des exploitations françaises.

La France compte 35.271 opérateurs fin 2011 (dont 23.135 producteurs). Un résultat en hausse de 14% par rapport à l’année précédente.

Si toutes les filières sont concernées par une hausse des surfaces, les productions de légumes secs, de fruits et de vin ont connu les plus fortes progressions (plus de 20%).

Fin 2011, 63% des exploitations avaient des surfaces en herbe et/ou des cultures fourragères. 38% cultivaient des grandes cultures (10 espèces différentes: blé tendre, mélanges céréaliers, orge, triticale, maïs, tournesol, féverole, soja, avoine et mélange céréales-légumineuses). 42% des exploitations produisaient des fruits et/ou des légumes frais. 20% avaient des vignes et 34% pratiquaient l’élevage.

La région Rhône-Alpes compte le plus grand nombre d’exploitations bio (2.554, +12%). Elle est talonnée par le Languedoc-Roussillon, où la progression est plus forte (2.531, +15%). En troisième position, Midi-Pyrénées compte 2.428 exploitations.

En termes de superficie, le trio de tête est légèrement différent: Midi-Pyrénées (118.754 ha), Pays de la Loire (102.495 ha) et Languedoc-Roussillon (87.621 ha).

Mais c’est en région Provence-Alpes-Côte d’Azur que la part de la bio dans la surface agricole utile (SAU) est la plus élevée (12,3%). Suivent le Languedoc-Roussillon (9,3%) et la Corse (6,7%). En moyenne, la France ne dépasse par les 3,5%.

Le bilan réalisé par l’Agence Bio, qui comprend des focus sur des filières, montre que la viticulture bio a particulièrement gagné du terrain. Ses surfaces ont presque triplé en 4 ans, pour atteindre plus de 61.000 ha fin 2011. Cela représente 7,4% du vignoble national.

Enfin, le marché alimentaire bio totalise désormais 3,9 milliards d’euros, et signe une hausse de 11% par rapport à 2010. En parts de marché, le lait et les œufs sont les plus dynamiques (+ de 10%), avec un approvisionnement croissant en France pour le lait (85% des produits), devant les 14 fruits et légumes les plus consommés en France (6%). A noter que la restauration collective augmente son approvisionnement en bio (158 M€ en 2011, en hausse de 21% par rapport à l’année précédente). Des produits bio sont aujourd’hui présents dans 6 restaurants collectifs sur 10, contre seulement 1 sur 10 en 2006.

Si l’agriculture bio progresse en France, elle est encore loin d’atteindre l’objectif de 20% de la SAU en 2020, fixé par le Grenelle. «On veut un plan Bio avec des moyens à hauteur des ambitions, c’est-à-dire 20% du budget du ministère de l’agriculture pour atteindre 20% de la surface agricole», a déclaré le président de la Fédération nationale des agriculteurs biologiques (Fnab), Dominique Marion, lors de l’assemblée générale annuelle. La Fnab demande aussi davantage de crédits alloués à la recherche (seulement une centaine de chercheurs, sur les 29.000 que compte l’Inra, travaillent sur l’agriculture biologique), et un plan Bio basé sur une structure interministérielle, associant les ministères de l’agriculture et de l’écologie.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus