La Belgique sous le regard de l’OCDE

Le 24 mai 2007 par Bérangère Lepetit
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Les experts de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) ont livré en avril 2007 leur examen environnemental de la Belgique. Verdict: malgré des progrès notables, la Belgique éprouve des difficultés à faire face à ses «fortes pressions environnementales».

Pas évident, pour le «plat pays», de respecter l'environnement: c'est en quelque sorte l'avis des analystes de l'OCDE qui rappellent que «dans un pays aussi densément peuplé (1) et aussi économiquement développé que la Belgique, l'environnement subit de fortes pressions».



La Belgique, conviennent-ils, est très volontariste concernant les questions internationales d'environnement. Depuis 1993 et le processus de fédéralisation du pays, de nombreuses mesures ont également été entreprises dans le pays en matière de réduction de la pollution, de protection de la nature et de la biodiversité, et de promotion du développement durable. Mais la Belgique a encore un long chemin à parcourir pour combler son «retard environnemental». Les experts de l'OCDE jugent notamment que la Belgique doit encore améliorer l'efficacité de ses politiques environnementales, intégrer plus efficacement les considérations d'environnement dans les décisions économiques et sociales et remplir ses engagements internationaux en matière d'environnement. Des axes de travail qu'ils détaillent dans une série de 47 recommandations.



Les dépenses totales de lutte contre la pollution ont considérablement augmenté ces dernières années pour atteindre quelque 1,7% du PIB. Cependant, le pays doit renforcer la mise en oeuvre de ses politiques en ayant davantage recours aux instruments économiques, comme les taxes, redevances et mécanismes d'échanges. Les auteurs de l'étude dénoncent un manque d'ambition et d'efficacité dans les politiques mises en place à l'échelle nationale et préconisent «une réforme fiscale écologique».

Concernant la qualité de l'air, le pays devrait selon l'OCDE accorder plus d'importance à la réduction des émissions de particules imputables aux secteurs de l'industrie et des transports. Le taux d'ozone troposphérique est également trop important: les normes de qualité de l'air ont été dépassées une douzaine de fois au cours de l'été 2003. «Les politiques des transports à l'échelon fédéral et régional ne sont pas bien coordonnées et la pollution de l'air imputable aux transports routiers augmente». Le rapport préconise d'améliorer l'efficacité énergétique dans tous les secteurs, et en particulier dans le bâtiment, de renforcer les mesures de réduction des émissions de particules, en particulier dues aux transports et d'adopter un plan national de mobilité pour renforcer la cohérence et l'efficacité du réseau.

Dans le secteur de l'eau, le pays manque encore d'infrastructures pour traiter les eaux usées et ne respecte pas les échéances fixées par la directive européenne relative au traitement des eaux urbaines résiduaires. Le rapport pointe du doigt le manque d'investissements pour rattraper le retard en la matière. Les auteurs recommandent d'accélérer la mise en place d'un traitement des eaux usées, mais aussi de revoir les politiques d'utilisation des engrais et de stimuler les efforts pour réduire la contamination par les pesticides des ressources en eau.

Enfin, l'intensité énergétique (approvisionnements totaux en énergie primaire par unité de PIB) reste en Belgique supérieure à celle des pays voisins et les préoccupations environnementales ne sont pas assez prises en compte dans la politique énergétique. L'intensité des émissions de CO2 demeure élevée par rapport aux autres pays européens et le rapport préconise une meilleure coordination des plans régionaux de lutte contre le changement climatique.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus